3 mars 2017

Le moine et le singe-roi - Olivier BARDE-CABUÇON


Editions Actes Sud
Parution : 1er mars 2017
336 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Dans les jardins si carrés de Versailles, tout va de travers. Au milieu de l’enchevêtrement d’allées et de statues moralisatrices du labyrinthe qui orne le plus beau jardin du monde, un horrible meurtre est commis. Un précurseur de Jack l’Éventreur sévit-il sous les fenêtres de Louis XV, le Singe-roi ? Stupéfaite, la cour semble attendre la prochaine victime comme un poulet son égorgeur. Parmi les suspects, rien de moins que le premier chirurgien du roi, un peintre de la cour et la tenancière d’une maison d’un genre très particulier où les relations habituelles entre hommes et femmes sont inversées. Gangréné, Versailles semble devenu le royaume de la transgression des interdits.
Dans cette nouvelle enquête du commissaire aux morts étranges, jamais encore les rapports de force n’avaient été aussi exacerbés et l’autorité autant remise en question. Faut-il se soumettre, se démettre ou se révolter ? Le chevalier de Volnay sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur, tandis que, tout excité, le moine semble considérer les jardins de Versailles comme un nouveau terrain de jeu.
La tension est extrême, les deux enquêteurs abordent la plus périlleuse et la plus fascinante de leurs missions alors que, dans les jardins, le danger rôde partout et surgit souvent de là où on l’attend le moins.

(plan du labyrinthe dans les jardins du Château de Versailles dont les fontaines animalières illustrent les fables d'Esope - il a été détruit en 1775)



Ce que j'en ai pensé :

Voici le 6ème tome des aventures du Chevalier de Volnay et de son père, le moine hérétique. De retour de Savoie, les voici à Versailles, à la cour de Louis XV où, dans les greniers et les jardins, les intrigues se nouent et les faveurs se monnayent.

Une jeune fille éviscérée dans un labyrinthe, un peintre obsédé par les pieds de ses très jeunes modèles féminins, une maison particulière tendance SM où ces messieurs sont prêts à toutes les humiliations...et un roi, un peu mou, un peu trop contraint par l'étiquette, mais qui s'encanaille dans les faubourgs et trousse volontiers tous les jupons qui passent ! 

Un "singe-roi" comme l'indique le titre de cet opus, un souverain contraint de tenir la bride à des nobles désœuvrés en leur laissant entrevoir privilèges et faveurs, obligé à un simulacre de vie dans un palais ouvert aux courants d'air (et où il dîne de mets refroidis entre les communs et sa salle à manger), entouré de jardins bien trop au carré.
Avec les animaux des fables d'Esope en ponctuation d'un labyrinthe, scènes figuratives et cruelles d'un "Grand siècle" à la dérive, une ironie statuaire...
 
On croise Sartine et la Pompadour vieillissante et puis, au détour de l'enquête on entrevoit les origines des Volnay, bâtards de Bourbon (sans que le prénom du Chevalier ne soit encore révélé..). Des Volnay toujours aussi mystérieux, un peu plus que père et fils, un peu plus que policiers : on sent poindre dans la personnalité de chacun les colères et les provocations.


Un policier historique très réussi, au rythme enlevé,  où l'on sent les prémices d'une révolte (que dis-je ? d'une révolution !!) contre les abus d'une caste toute puissante aux mœurs contestables. Certaines scènes ont de troublantes similitudes avec notre monde contemporain..
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire