23 juin 2015

Le fils - Philipp MEYER

éd ALBIN MICHEL - août 2014 - 688 pages
titre original : The son
traduction : Sarah Gurcell


Ce qu'en dit l'éditeur :
Vaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel.
Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende.
À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.
Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouvera à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre de son arrière-grand-père.
Il est difficile de résumer un tel livre. Porté par un souffle hors du commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire, et une exploration fascinante de la part d’ombre du rêve américain.
« Meyer est un impressionnant et remarquable conteur, de ceux qui vous font tourner les pages sans même que vous vous en rendiez compte. » Richard Ford
Philipp Meyer, né le en mai 1974 à New York,  
Le fils a été récompensé lors du festival international du livre
 et du film "Etonnants voyageurs" à Saint-Malo en 2015
Ce que j'en ai pensé :
Voila un roman sur lequel j'ai traîné, pour lequel j'ai pris tout mon temps...désarçonnée par l'alternance de points de vue, d'époques...J'ai aimé Eli et puis aussi Jeanne-Anne, riche et "guerrière", et dans un premier temps, je me suis perdue au milieu de ces deux fortes personnalités, Peter me paraissant bien fade...
J'ai mis du temps à mire cette fresque, j'ai posé le livre, réfléchi et au final, je me suis laissée gagner par le romanesque, par l'histoire qui s'étoffe, gagne en puissance, par les notes d'humour, et voila que ce roman dans lequel j'avais presque du mal à entrer m'emporte, ambitieux, puissant, attachant ! Le roman révèle l'esprit américain, dans sa démesure, dans sa conquête du monde, de l'argent, du pouvoir, et pour autant révèle les failles, le doute...C'est le parfait portrait, finalement, de tout ce qu'on aime ou qu'on déteste du pays : cupidité, pouvoir, rédemption, sauvagerie, retour aux sources, réussite, misère. Rien n'est ni blanc ni noir...bref...J'ai adoré !!
Un grand merci à Benoît qui m'a prêté ce roman et qui a eu la patience de me laisser aussi longtemps qu'il me fallait pour que j'apprivoise cette incroyable saga ;o) Merci !!!!

1 commentaire: