9 décembre 2013

Pise 1951 - Dominique FERNANDEZ

Rien que l'évocation de l'Italie suffit souvent à me faire choisir un roman. C'est un pays qui m'est cher, par sa culture, sa gastronomie, sa "dolce vita"...

La quatrième de couverture de ce roman de Dominique FERNANDEZ, de l'Académie Française, m'invitait à paresser au long des pages comme au bord de l'Arno.

Octave et Robert, camarades de lycée, décident, à l'initiative d'Octave qui manifeste une pseudo-rebellion contre ses parents et leur milieu petit-bourgeois, de s'expatrier en Italie. Octave prolonge ses études de lettres, et Robert, fils de garagiste, souhaite enquêter, en tant que journaliste, sur les camps militaires américains installés en Italie après la guerre. Une jeune fille, Ivanka, sorte d'image boticellienne, va bouleverser leurs vies.

Elle est la fille d'un comte ruiné par ses frasques en France, et d'une comtesse employée sur la base américaine qui ne rêve que de la marier avec un jeune homme suffisamment argenté pour les faire sortir de leur misère.

C'est Octave qui est choisi par la comtesse, mais une soirée à l'opéra de Pise changera leurs destins...




J'ai aimé ce roman, appréciant l'utilisation au fil de la narration de mots et phrases en italien. J'ai apprécié l'écriture même si j'ai trouvé que l'histoire manquait un peu de punch, mais cela correspondait aussi à l'état d'esprit contemplatif et passif d'Octave ainsi qu'au relatif détachement de Robert qui n'est, ici, qu'un témoin qui tente fidèlement de rapporter des faits et des ambiances.

Ça ne restera pas un de mes romans préférés ayant l'Italie pour cadre, mais c'était un bon moment de lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire