30 avril 2015

Ça aussi, ça passera - Milena BUSQUETS


titre original : Tambien esto pasara
traduction : Robert Amutio
éd Gallimard - 192 pages
parution 04 mai 2015
Ce qu'en dit l'éditeur :
C’est l’été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu’elle a eus d’eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable.
Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s’échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s’entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu’elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe.
Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l’élégance, la légèreté, la vie.
Elle lui dit qu’elle choisit l’été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.
Livre événement de la Foire de Francfort 2014, traduit et publié dans une trentaine de pays, ce deuxième roman de Milena Busquets est un petit prodige d’équilibre et d’intelligence. 
Milena BUSQUETS, née en 1972, a étudié au 
Lycée français de Barcelone et à l'Institut 
d'archéologie de Londres. 
Ce que j'en ai pensé :
J'avais envie de ce roman parce que l'histoire se déroule essentiellement à Cadaquès où je vais passer le week-end. Tout me semblait réuni pour tisser une intrigue a priori captivante : la mer, le soleil, les copains et ce très beau coin d'Espagne.
Pourtant, s'il y a des passages intéressants, très justes par leur ton, il m'a manqué quelque chose. Je n'ai pas réussi à ressentir assez d'empathie pour le personnage principal, Blanca, rentière un peu bobo et très portée sur le sexe, qui vient d'enterrer sa mère et qui, de chagrin ou par habitude, recouche avec un de ses ex-maris, en drague un autre, ne fait que penser à la défunte et qui finalement, semble se perdre à la recherche d'elle-même et de l'apaisement. Ça m'a semblé parfois un peu confus, j'ai dû relire quelques phrases dont je ne comprenais pas le cheminement...
Déception, donc....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire