10 juin 2015

L'amie prodigieuse - Elena FERRANTE

éd GALLIMARD - octobre 2014 - 400 pages
traduction : Elsa Damien
Ce qu'en dit l'éditeur :
Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier.
En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances. Formidable voyage dans Naples et dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu'au plus profond de leur âme.
Ce que j'en ai pensé :
J'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans ce roman et je me suis d'abord arrêtée au premier quart du livre en ne comprenant pas l'engouement dont il faisait l'objet sur la blogosphère littéraire. Non que je le jugeais mauvais mais le style et l'histoire me laissaient sur le bord du chemin, partagée entre ma déception et l'envie de le finir parce que je déteste ne pas aller au bout d'un roman. 
Puis, à le reprendre, j'ai retrouvée avec le plus grand plaisir ces deux gamines, leur microcosme napolitain d'où personne ne semble pouvoir vraiment s'échapper et le roman m'a emportée !
J'ai même finalement été assez frustrée que cette histoire s'arrête à un moment où le destin des deux jeunes filles semble les séparer. Je me suis dit que j'aimerais lire la suite, savoir ce qui leur arrivait dans cette Italie frénétique des années 1960 quand, jeunes femmes, elles paraissent ne plus avoir grand chose en commun.
J'ai aimé ce Naples raconté par la narratrice, la misère, le poids de la tradition catholique, la pression des mafieux. Ça n'est pas sans rappeler l'excellent Montedidio d'Erri de LUCA (c'est sans doute pour ça que j'avais au départ tant de mal à me laisser bercer par l'histoire, je ne cessais de comparer !!).
Au fil de l'histoire, l'auteur parvient à mélanger douceur et violence, jalousie et amitié, jouant des contrastes avec subtilité, réussissant à nous rendre tour à tour les héroïnes attachantes ou médiocres. 
A noter que l'auteur est inconnu, Elena FERRANTE étant un pseudonyme, et que le mystère plane sur son identité (pas de photo, donc...). La suite du roman (2 tomes encore) est à paraître et je me laisserai tenter !!!

2 commentaires:

  1. Comme toi, je n'ai pas été emballée par le début de ce roman et mon engouement est venu petit à petit. En attendant le deuxième tome, je te recommande "Poupée volée".

    RépondreSupprimer
  2. Merci Fleur de partager ton avis ;o) et je note ce titre que je ne connaissais pas !

    RépondreSupprimer