28 septembre 2015

Miniaturiste - Jessie BURTON

éd Gallimard - 26 mars 2015 - 512 pages
Titre original : The miniaturist
traduction : Dominique Letellier
Ce qu'en dit l'éditeur :
Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets. 
S’inspirant d'une maison de poupée d’époque exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman qui restitue avec précision l’ambiance de la ville à la fin du XVIIe siècle. Au sein de ce monde hostile, où le pouvoir des guildes le dispute à l'intransigeance religieuse et à la rigueur morale, la jeune Nella apparaît comme une figure féminine résolument moderne. Œuvre richement documentée et conte fantastique, Miniaturiste est un récit haletant et puissant sur la force du destin et la capacité de chacun à déterminer sa propre existence. 


 Jessie Burton est née en 1982 en Angleterre. Après avoir 
été actrice et assistante à la City de Londres, elle a écrit Miniaturiste,
 traduit depuis sa parution dans 34 langues.


Ce que j'en ai pensé :
Avec ce roman intimiste, Jessie Burton nous plonge dans Amsterdam au 17ème siècle, époque où les riches marchands négocient par-delà les mers les épices et soieries si précieux dans leurs nombreuses colonies.
Par le truchement de cette maison de poupée offerte en cadeau par Johannes à sa toute jeune épouse, c'est un microcosme hollandais, rigoriste, traditionaliste, qu'on découvre, dans une ville où il ne fait pas bon être différent, se distinguer par ses mœurs. Une belle-sœur non mariée, un nègre affranchi dans une cité de blonds aux yeux bleus, un époux franchement porté sur les garçons, et tout un tas de secrets qu'il vaut mieux abriter derrière les murs de sa maison. Jusqu'à ce que la maison de poupée semble prendre vie, révéler les choses tues, deviner (prophétiser ?) les évènements dramatiques à venir...
J'ai succombé au charme de ce premier roman (quelle maîtrise pourtant du sens dramatique, du mystère !) dès les premières pages et je n'ai pu le refermer avant d'en connaître la fin ! J'ai aimé l'ambiance néerlandaise guindée de cette fin de 17ème siècle, les personnages atypiques et attachants, le mystère qui entoure l'identité du manufacturier de miniatures. 
Je plussoie les bonnes critiques lues ici ou là, je me suis régalée !

5 commentaires:

  1. Oui bon, je suis vraiment sur le bord de craquer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après avoir lu certaines critiques, j'avais peur de rester sur ma faim, voire de m'ennuyer un peu, et c'est tout le contraire !

      Supprimer
  2. Plus je lis d'avis et plus j'ai envie de m'y plonger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est à la hauteur du joli succès qu'il a eu !

      Supprimer
  3. La différence de style entre les couvertures est vraiment surprenante! Je préfère nettement la "VO"! Je viens de lire un autre avis au sujet de ce roman et il est très tentant, pourtant je n'en ai jamais entendu parler, comme quoi!

    RépondreSupprimer