18 janvier 2016

Le pique-nique des orphelins - Louise ERDRICH

éd Albin Michel - janvier 2016 - 480 pages
première traduction en 1988 sous le titre La branche cassée
titre original : The beet queen
nouvelle traduction : Isabelle Reinharez

Ce qu'en dit l'éditeur :
La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d'un pilote acrobate... Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord.
Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour.
Cette nouvelle traduction du deuxième roman de Louise Erdrich, paru aux États-Unis en 1986, permet de (re)découvrir l'un de ses plus beaux livres, qui préfigure déjà la puissance et la beauté d'une des œuvres les plus singulières de la littérature américaine.

Karen Louise Erdrich, née en 1954 à Little Falls dans le Minnesota, est une écrivaine américaine, auteure de romans, de poésies et de littérature d'enfance et de jeunesse

Ce que j'en ai pensé :
Comment les destinées d'enfants d'une même famille peuvent-ils être à ce point marqués par l'atavisme ? Sur 40 ans, l'auteur nous entraîne dans les soubresauts d'une histoire sur 3 générations où les femmes tiennent le premier rôle. Fortes, déterminées, mais caractérielles aussi : elles semblent ne se satisfaire d'aucune forme d'amour, ni filial ou maternel, ni conjugal, et l'amitié est sauvage, brute, sans concessions souvent, à croire que le bonheur n'a pas sa place dans ces pages. De l'abandon pendant l'enfance (lors du fameux "pique-nique des orphelins" qui donne son titre au roman) aux renoncements amoureux et à la solitude, les personnages semblent en abîme. Ajoutons à ça qu'ils sont pour la plupart un peu peu barrés, voire franchement psychotiques !
C'est pourtant un roman presque réjouissant qu'a écrit Louise Erdrich tant les situations frôlent souvent la cocasserie et sont parfois si près du tragique qu'ils offrent une fantaisie inespérée.
Un roman qui m'a permis de découvrir cet auteur que je n'avais encore jamais lu, un livre que j'ai beaucoup aimé, emportée dans ce tourbillon familial pas ordinaire ! 

(Détail puisqu'il s'agit d'une nouvelle traduction mais j'ai été étonnée de lire "des planches raboteuses" : il me semble que c'est un barbarisme...)
 Merci à Anne-Laure des Éditions Albin Michel pour cette lecture en avant-première.

5 commentaires:

  1. J'ai hâte qu'il arrive au Québec, celui-là!

    RépondreSupprimer
  2. je l'ai dans ma PAL et j'ai hâte de le lire, car Louise Erdrich est une auteur que je n'ai pas encore lue!

    RépondreSupprimer
  3. Comme Eva, je ne l'ai jamais lu, et l'idée de personnages psychotiques me branchent carrément !

    RépondreSupprimer
  4. Comme Eva et Laure, je n'ai pas encore lu cet auteur mais n'en ai entendu que le plus grand bien.
    Ce livre est donc également dans ma PAL (merci Albin Michel)

    RépondreSupprimer
  5. Une famille pas commune, je suis bien d'accord. Et je n'ai finalement trouvé aucun personnage réellement sympathique, ce qui ne m'a pas empêché de beaucoup aimer ce roman.

    RépondreSupprimer