13 mars 2016

Notre-Dame sous la terre - Arnaud DELALANDE

éd Grasset - février 1998 - 312 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Un soir d'automne à Paris, la jeune Judith est appelée par son professeur d'histoire de l'art, Itzhak Witzberg, un homme seul et passionné. Il rentre du Vatican où son ami de toujours, Mgr Leonardo Spinelli, lui a confié pour analyse un retable du XIIe siècle. Accablé de travail, Witzberg demande à son élève de mener l'expertise. Et c'est ainsi que tout commence... Judith se lance, et se perd bientôt dans ses recherches... Que veut nous dire, par-delà les siècles, ce moine qui chante devant un chandelier d'or ? Ce chandelier est-il celui de Moïse ? Et pourquoi cette expertise loin de Rome ? Mais tout bascule sans raison : Witzberg est poignardé dans la nuit, le tableau est volé chez Judith, on saccage sa chambre de bonne. Quel secret porte donc cette toile ? Comment interpréter les codes que dévoilent les rayons X ? Quelle malédiction frappe tous ceux qui, depuis le vaillant Hildebert, possèdent le tableau ? Désespérée, Judith s'adresse à Mgr Spinelli, et se retrouve prise dans la tourmente : la guerre de succession a commencé au Vatican, une guerre de foi et de sang, où la mafia joue sa partie... Un à un les secrets tombent : la mort de Witzberg, l'origine du tableau, la vérité sur chandelier, la mort du pape... Judith trouvera-t-elle sa vérité dans les ténèbres de Notre-Dame sous la Terre ? 

Né en Zambie en 1971, Arnaud DELALANDE est un écrivain français et scénariste de BD. 
Notre-Dame sous la terre est son premier roman.



 Abbaye du Mont-Saint-Michel, chapelle de Notre-Dame sous terre

Ce que j'en ai pensé :
Un goût d'inachevé, ou de brouillon,pour un roman qui avait tout pour me séduire ! 
L'histoire est fascinante et le lieu ne l'est pas moins ...

L'abbaye du Mont-Saint-Michel cachée sous la roche dessine à elle-seule bien des mystères qu'on souhaiterait percer ! Les chapitres alternent, inégaux en intensité et la narration souffre souvent d'une baisse de tension, s’amollissant par endroits au gré de dialogues ou de scènes qui paraissent moins travaillées.

C'est plutôt agréable dans l'ensemble, intéressant mais ça manque souvent d'énergie, de sentiment et finalement, ce n'est qu'un premier roman auquel on pourrait pardonner ces quelques défauts.

1 commentaire:

  1. Ah zut alors car comme tu le dis, l'idée de départ était excellente !

    RépondreSupprimer