21 mai 2016

Sens dessus dessous - Milena AGUS

Éditions Liana Levi
Parution : 15 avril 2016
Titre original : Sottosopra
Traduction : Marianne Faurobert
160 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c’est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l’immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n’est-ce pas là la clef de voûte de toute vie?
Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme dans lequel souffle un vent délicieusement frondeur. 

Milena Agus est née en 1959 en Italie. Son premier roman publié en France, Mal de pierres, a été adapté au cinéma en 2016.

Ce que j'en ai pensé :
Je n'avais pas aimé Mal de pierres...Quelques dizaines de pages et j'avais refermé le roman. Pourtant, même en étant un brin méfiante, j'avais très envie de lire celui-ci. Et c'était une jolie surprise que de se promener en Sardaigne dans cet immeuble où se croisent des personnages touchants et attachants.

Même si j'ai trouvé superflu les scènes où la narratrice "mouille" et parle (encore que très vaguement) de ses émois sexuels, l'ensemble est fort plaisant et évoque avec délicatesse l'amour, l'amitié, la vievieillesse, l'homosexualité, l'homoparentalité, les enfants abandonnés à leur sort, la passion pour les livres et la musique, pour le paysage sarde.

Ça reste très léger mais ça se lit avec beaucoup de plaisir, ça sent l"été et le linge étendu aux fenêtres !
  

2 commentaires:

  1. J'ai dévoré un roman et là, depuis deux jours, impossible d'en commencer un autre .. ton roman léger avec le linge qui vole au vent, me fait rêver ! Même si je ne suis pas naturellement attirée par ce genre de récit

    RépondreSupprimer