6 septembre 2016

L'heure de plomb - Bruce HOLBERT

Editions Gallmeister
Parution le 1er septembre 2016
376 pages
Titre original : The hour of lead
Traduction : François Happe

Ce qu'en dit l'éditeur :


Hiver 1918. L’État de Washington connaît, durant un instant, l’Apocalypse : l’un des pires blizzards de l’histoire du pays balaie tout sur son passage. Perdus dans la neige, pétrifiés par le gel, des jumeaux de quatorze ans, Luke et Matt Lawson, sont recueillis in extremis par une femme qui tente de les ranimer à la chaleur de son corps. Seul Matt reprend vie. Le lendemain, le voilà devenu un homme, trop tôt et malgré lui. Car le désastre l’a également privé de son père, le laissant à la tête du ranch familial. Labeur, amour et violence, autant de découvertes pour Matt, qui se retrouve face à la beauté sauvage de cette terre, tentant de maintenir l’équilibre fragile entre les êtres qui l’entourent.


Dans une langue puissante et incarnée, L’Heure de plomb conte la plus dure leçon que l’Ouest donne aux hommes, celle de la confrontation avec les forces brutes de la nature, au fondement même du mythe américain.
 

Bruce Holbert, né le 4 octobre 1959 à Ephrata dans l'État de Washington, est un écrivain américain.

Ce que j'en ai pensé :

Voila un roman peu ordinaire qui commence par un drame et plante son décor dans la désolation d'un hiver particulièrement rude. Le personnage principal, Matt, n'est encore qu'un adolescent mal dégrossi mais dont la ténacité et surtout la violence vont se révéler au fil des pages.

Autour de lui, les ombres de son jumeau et de son père morts lors d'une tempête, Wendy dont il s'est épris, Mlle Jefferson l'institutrice et de nombreux personnages qui finissent tous par être attachants, chacun à leur manière. Parce que derrière toute la rudesse de l'existence dans ce coin d'Amérique, derrière les caractères forts et souvent déroutants, il y a, sous-jacent, beaucoup d'amour, parfois jusque dans la bestialité des corps à corps amoureux...

Si la première partie m'a semblé un peu longue, mais nécessaire pour camper les personnages et l'ambiance, je n'ai pourtant pas eu la tentation d'abandonner et j'ai rapidement accroché à ce roman qui parfois flirte entre nature writing et "polar psy", où l'ambiance se tend, s’arque-boute sous la douleur puis s'envole vers la douceur. J'ai aimé chacun des protagonistes dans leurs blessures intimes, dans leurs failles, dans leurs non-dits, et si la narration est parfois âpre, elle accroche dans un grand souffle romanesque ! Même si leurs méthodes d'accouchement sont carrément dingues et les sandwiches absolument délirants !...
Une très belle réussite que ce roman pas ordinaire qui frôle la sauvagerie !


Un grand merci aux Editions Gallmeister et à Léa pour cette remarquable découverte !  

6 commentaires:

  1. Merci pour cette belle chronique ! Ce livre est génial :)

    RépondreSupprimer
  2. j'ai adoré, un magnifique livre très puissant; mon avis demain !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai vraiment hâte qu'il arrive par ici, celui-là. Je sens que je vais me régaler.

    RépondreSupprimer
  4. un roman que j'ai beaucoup aimé ! par contre, je vois pas trop ce que t'entends par polar psy ...

    RépondreSupprimer
  5. Un petit Gallmeister, ça ne peut jamais faire de mal ;)

    RépondreSupprimer
  6. Je n'étais pas spécialement tentée par ce résumé, mais pourquoi pas, finalement. Ton avis plutôt positif me rend curieuse.

    RépondreSupprimer