3 novembre 2016

Les haines pures - Emma LOCATELLI

Editions Le livre de poche
Parution : 10 février 2016
384 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

1945, Bayon, en Provence. Gabrielle revient dans la ferme familiale qu'elle a fuie six ans auparavant. Elle y retrouve sa mère, toujours aussi hostile, et sa sœur cadette, Louise, une adolescente instable et fragile. Un an plus tôt, la famille voisine a été décimée dans des circonstances jamais élucidées. Gabrielle est bouleversée par la nouvelle. Bientôt, un locataire un peu trop curieux prend possession du mas délaissé. La jeune femme et lui s’interrogent sur les étranges entrelacs qui relient la plupart des villageois à ce massacre, dont on n’ose plus parler.
Un roman sombre et fascinant sur l'après-guerre : traumatismes, règlements de comptes, mensonges, mais aussi sur  les haines anciennes qui couvent dans le cœur des hommes. À la manière de Philippe Claudel, Emma Locatelli explore la noirceur de l’âme humaine et les blancs de l’Histoire

Emma Locatelli est professeur d'Histoire dans la région parisienne. Elle a publié une biographie romancée d'Héliogabale et un thriller historique, Maleficus,

Ce que j'en ai pensé : 

Dans cette Provence de l'immédiat après-guerre, l'ambiance est plombée : le soleil tape fort et les consciences sont tiraillées. Ceux qui ont quelque chose à se reprocher ne sont pas les plus discrets. Il s'en est passé des choses à la Libération et toutes ne sont pas bonnes à dire !

Dans un roman réellement captivant, à mi-chemin du roman historique et du polar, Emma Locatelli nous emmène dans les secrets de famille et les ragots de village. De ceux qui applaudissent quand on tond les "paillasses à boches" mais qui ont traité avec l'allemand conquérant, les résistants de la dernière heure, et même ces supposées "belles âmes" : tous ont quelque chose à cacher !

L'auteur promène sa belle plume sur les rancœurs et les jalousies, sur la vengeance et le chagrin et c'est très réussi ! 
Du soleil qui sèche l'air aux confidences arrachées, de cette terre ingrate aux mensonges qui ne sont pas où l'on croit, Emma Locatelli joue avec les mots et les sentiments de ces personnages, leur donnant vie.

Un roman (policier ?) qui happe le lecteur dans une spirale angoissante.  Formidable !

Extrait : 

Il m'a dit que ce visage, c'était celui de monsieur ou madame Tout-le-monde, celui de la bonne mère de famille, du bon père tranquille, qu'il l'avait vue, la garce, la haine à l'état pur, débarrassée des oripeaux de la bonne conscience, libérée de la peur, patiemment nourrie de vieilles rancunes. La haine coriace des petites âmes, têtue, fielleuse, menteuse, prête à recevoir le don du sang pour une querelle de préau, pour une dette vieille de mille ans, un regard de travers, un tricot emprunté et jamais rendu, un quolibet  lancé après un verre de trop."

3 commentaires:

  1. En regardant trop vite la photo de l'auteur j'ai cru que c'était Hélène Segara qui avait écrit un roman sous pseudo :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mdr en lisant ton commentaire ! Pas entendu parler de son roman mais ta chronique et l'extrait me tentent bien!

      Supprimer
  2. Je n'en avais jamais entendu parler mais la thématique pourrait bien me plaire..!

    RépondreSupprimer