10 novembre 2016

Retour à la nuit - Eric MANEVAL

Editions 10/18
Parution : 3 novembre 2016
168 pages
  Prix du polar lycéen d’Aubusson 2011

Ce qu'en dit l'éditeur :

Et si le tueur recherché par la police et les médias vous avait sauvé la vie dans votre enfance ?
Antoine a 8 ans. C’est la fin du mois d’août dans la Creuse. Il joue dans une rivière dangereuse lorsque des troncs d’arbres portés par le courant l’assomment. Il se réveille dans un fourgon en compagnie d’un inconnu qui lui apprend qu’il vient de lui sauver la vie. L’homme le dépose à l’hôpital de Limoges et disparaît. Vingt ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un centre pour ados. À la télévision, on reparle de l’affaire du « découpeur » suite à la découverte de nouveaux témoignages. Lors de la reconstitution de l’enquête, Antoine reconnaît dans un portrait-robot l’homme qui lui a sauvé la vie dans la rivière.

Né en 1967, Eric Maneval a voué sa jeunesse au canoé kayak et au basket ball. Après mille emplois peu rémunérés, s'est fixé à Marseille où il est veilleur de nuit. Amasse de façon pathologique des caisses de romans policiers.

Ce que j'en ai pensé :


Voila la preuve qu'on peut faire un polar court mais efficace !

Retour à la nuit place son intrigue dans un centre d'accueil pour enfants en difficulté, placés suite à une décision de justice : Ouria la jeune fille anorexique-boulimique et qui a subi des violences sexuelles, Aymeric le gamin sorti d'une secte qui fait d'affreux cauchemars, ou Gaëtan le dur...
Des problèmes psy à la pelle et pas seulement pour ces gosses ! Le héros-narrateur a vécu son lot de traumatismes...

Eric Maneval réussit à créer une ambiance tendue, électrique qui annonce le drame à venir.  Une succession d'évènements, de mauvais hasards, de choix malvenus qu'on déroule nerveusement, le rythme s'accélérant au fil des pages.
La narration se sert de l'expérience de l'auteur et donne son réalisme aux dialogues et à l'intrigue (différentes interprétations possibles des paroles et des actions). C'est bien vu !

Une réussite ! Un bon roman noir qui tient en haleine !

1 commentaire: