19 décembre 2016

Les muselés - Aro SAINZ de la MAZA

Editions Actes Sud - collection Actes Noirs
Parution : 7 septembre 2016
Titre original : El angulo muerto
Traduction : Serge Mestre
368 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Dans un sous-bois à la lisière de Barcelone, caché sous des feuilles mortes, gît le corps d’une jeune femme à l’aspect en tout point ordinaire, si ce n’est ses ongles, impeccablement manucurés : une étudiante de famille modeste qui finance ses études au service de recouvrement de créances dans un cabinet d’avocats, et arrondit ses fins de mois en faisant l’escort-girl.
Quelques jours plus tard, un des associés du cabinet qui l’employait est retrouvé mort dans son appartement cossu du centre-ville. De la chaîne hifi high-tech s’échappent encore des accords de blues, tandis que le champagne s’évente sur le comptoir de marbre noir.
L’enquête s’annonçait déjà ardue quand un sadique entreprend d’exposer dans les squares, à la vue des enfants, des chiens empalés. Les plaintes fusent et la pression est à son comble pour l’inspecteur Milo, chaque jour un peu plus gagné par la schizophrénie qui a déjà emporté son père et ronge désormais son frère Hugo. Mais ces troubles psychotiques qu’il essaie d’endiguer sont aussi sa plus grande force : une capacité hors pair à se mettre dans la peau des meurtriers.
Le pouvoir politique veut des arrestations pour ramener l’ordre dans la ville et refuse d’entendre les clameurs d’une cohorte d’Indignés pris au collet par le chômage, la corruption et la misère, prêts à tout pour simplement survivre. Mais qui sont les coupables ? Ces victimes ?
Dans une Barcelone en noir et blanc, pétrifiée et transie, asphyxiée par la crise, l’auteur conduit un thriller poignant sur la ligne rouge qui mène au précipice les exclus du système.

Né à  Barcelone en 1959, diplômé à l'Université de Barcelone, Aro Sáinz de la Maza est écrivain, éditeur, correcteur et traducteur. Il a écrit des romans, des livres d'histoire et est coauteur de deux recueils de contes populaires. 

Ce que j'en ai pensé :

Le précédent opus d'Aro SAINZ de LA MAZA faisait partie de mes chouchous de l'année 2014, j'avais aimé le style du Bourreau de Gaudi même si quelques particularités linguistiques entre l'espagnol et sa traduction m’avaient agacée.

J'ai retrouvé avec plaisir Milo Malart, peut-être un peu moins "psychosé" qu'avant (malgré le pétage de plomb de son frère...) mais surtout plus humain (merci au chien !). Et je me suis laissée embarquer dans cette enquête sans trop de résistance ! 

Au-delà du roman policier, c'est un portrait de Barcelone engluée dans la crise qu'offre l'auteur, et il restitue fort bien l'ambiance d'une ville où le chômage s'aggrave, où les sans-abris se multiplient : un terreau propice au crime et à l'angoisse, pas loin de la révolte.

Cette fois pas d'expressions agaçantes comme dans le premier tome, et un rythme soutenu qui font de ce roman un moment de plaisir ! A souhaiter que les enquêtes de Milo Malart continuent !

 

1 commentaire:

  1. Je ne connais pas cet auteur mais apparemment le deuxième opus tient toutes ses promesses. J'ai commencé plusieurs "séries" donc je vais passer mon chemin !

    RépondreSupprimer