28 février 2017

Noire porcelaine - Franck BOUYSSE

Geste Editions - Poche
Parution : 2013
336 pages


Ce qu'en dit l'éditeur : 

Un récit dans lequel « le noir n’est pas une couleur » mais «la mort et le désespoir versés au cœur des ténèbres ».

À la suite de la découverte d’un corps de femme massacré en plein cœur de Limoges, Bélony et Dalençon, deux flics que tout oppose, se lancent à la poursuite d’un meurtrier qui ne cesse de leur glisser entre les doigts. Ce dernier les observe dans l’ombre et semble s’amuser avec eux enchaînant crime sur crime et dévoilant la noirceur de son âme. Le capitaine Jacques Belony, « vieux flic de la Criminelle » vient de perdre sa femme et sa fille dans un accident de voiture tandis que Marie Dalençon, sa jeune collègue, subit les tourmentes de relations amoureuses chaotiques.

Si différents et pourtant si complices dans la poursuite du meurtrier, les deux personnages que l’on avait déjà rencontrés dans le premier roman noir de Franck Bouysse, L’Entomologiste, arriveront-ils à arrêter le criminel ?

Franck Bouysse réussit à créer une ambiance sombre et épaisse pour un roman qui plonge le lecteur au cœur des ténèbres.

Franck Bouysse, né le 5 septembre 1965 à Brive-la-Gaillarde, est un écrivain français, auteur de nombreux romans policiers. Enseignant en biologie dans un lycée technique à Limoges, il se lance en 2004 dans l'écriture avec la publication du roman La Paix du désespoir. En 2007, il publie L'Entomologiste, le premier de ses nombreux romans noirs.

Ce que j'en ai pensé :

 Ça commence comme un polar de facture classique, presque caricatural : un vieux flic abîmé par la vie (sa fille de 6 ans est morte dans un accident de voiture, sa femme est dans le coma depuis 12 ans et meurt à son tour) et sa jeune et jolie collègue, célibataireet un chef de service cloué à son fauteuil de bureau suite à une blessure lors d'une intervention.

 

Il y a un crime d'abord, abominable : une femme sans pieds et sans mains est retrouvée morte au pied d'un rocher, fracassée, la partition du Temps des cerises scotchée dans son dos.

Un second crime, un troisième...et un fou qui rôde et dont on connaît les pensées via une sorte de journal mental, rempli d'élucubrations verbales, propos décousus, mots jetés en vrac dans le désordre de son cerveau.

 

Forcèment, pour la fliquette, ça va mal tourner...

 

J'ai acheté ce polar sur la seule foi du nom de l'auteur sur la couverture. J'adore Franck Bouysse quand il perd ses personnages au fond d'une campagne hostile et bousculée par les éléments.

 

Là, je suis plus circonspecte. Non pas que ce polar soit mauvais, c'est même plutôt le contraire et les personnages, même assez classiques, sont attachants et riches...Mais il m'a manqué quelque chose et j'ai trouvé que le dénouement intervenait peut-être de façon un peu brouillonne ou bâclée, trop rapide, et je n'ai pas aimé ces chapitres qui retracent les élucubrations du tueur, en italique dans le texte.     

2 commentaires:

  1. J'avais eu un immense coup de coeur pour "Grossie le ciel". Son univers rural, sombre et me plait beaucoup. Disons que ton manque d'emballement me refroidit! Sais-tu, je vais plutôt me rabattre sur "Plateau".

    RépondreSupprimer
  2. Plateau m'attend, je vais commencer par là et passer mon tour pour celui-ci.

    RépondreSupprimer