25 juin 2017

Cortex - Ann SCOTT

Editions Stock - Collection La Bleue
Parution : 3 mai 2017
310 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Los Angeles, aujourd’hui.
La cérémonie des Oscars va commencer.
Plus de trois mille personnes dans la salle.
Soudain, une explosion.
Au cœur du chaos, très vite, les rumeurs courent. Julia
Roberts, Steven Spielberg, Al Pacino… Qui est mort, qui est blessé ?
Dans cet Hollywood qui pleure ses icônes, Angie, une jeune réalisatrice française, Russ, un vieux producteur californien, et Burt, un humoriste new-yorkais, se croisent pendant quelques jours.
Entre amours perdues, sidération et passion du cinéma, chacun se demande : de quoi sera fait le futur, sans tous ces visages familiers qui ont façonné nos rêves ?
Née en 1965, Ann Scott est une romancière française. Auteur de Superstars sacré « premier roman pop français crédible » qui lui a valu d'être qualifiée d'auteur culte, elle fait partie du mouvement Génération X et on la classe également parmi les écrivains du postmodernisme.
 
Ce que j'en ai pensé :

Trois personnes dont les destins vont se croiser autour d'un attentat, trois vies à la dérive : Burt, le comique, qui subit une solitude sans nom et ne se sent à sa place nulle part, qui ressent la vacuité de notre monde ; Angie, la cinéaste française, amoureuse de Jeff qu'elle retrouve par hasard à Hollywood et qu'elle accompagne à la cérémonie des Oscars ; et Russ, producteur de la cérémonie, abattu par son veuvage tout neuf et qui ne parvient pas à faire le deuil de Susan, malade d'un cancer et suicidée sur la plage de Santa Monica,

Ann Scott réussit un roman fascinant, purement addictif (ça faisait bien longtemps que je ne m'étais pas couchée aussi tard, en me rendant compte que j'avais chopé un sacré coup de soleil!) qui décrypte le monde des « »stars » (et en lisant ce roman, vous comprendrez pourquoi j'utilise des guillemets) et tout ce qui l'entoure : la représentation d'un monde idéalisé mais artificiel, la spontanéité (et la morbidité parfois) des réseaux sociaux.

C'est aussi, évidemment, un roman qui évoque l'horreur et le choc des attentats, la difficile période du deuil (et ici, chaque personnage vit le sien, différent, à sa manière, différente) et de la reconstruction.

J'ai tout aimé dans ce roman, la narration presque hypnotique, complètement addictive, les personnages et leurs fragilités et questionnements, et aussi cette vision, si vraie, de notre monde actuel trop connecté, tous ces petits riens qui s'essaiment, ce leitmotiv du dernier chapitre qui a fini par me faire pleurer « j'avais une ferme en Afrique… » (Out of Africa, un des plus beaux films du monde, avec Meryl Streep et Robert Redford, morts tous les deux dans l'attentat…), les couchers de soleil sur le pier…

Coup de cœur ! 
 
Merci à Valentine et aux Éditions Stock pour ce magnifique moment de lecture ! Dommage que ce roman soit paru dans une période peu adéquate parce qu'il mériterait plus de visibilité tellement il est réussi !
Eva aussi a beaucoup beaucoup aimé !
 


Bande-son indispensable à ce roman à écouter ici !

4 commentaires:

  1. ah j'étais sûre que tu allais l'aimer!! ravie de lire ton billet enthousiaste!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis en train de le lire, sur les conseils d'Eva. Pour le moment, je n'en suis qu'au premier tiers et même si je l'apprécie, je ne ressens pas d'effet addictif. Cela va peut-être venir ;)

    RépondreSupprimer
  3. Les avis enthousiastes se multiplient, c'est un signe qui ne trompe pas !

    RépondreSupprimer