31 octobre 2017

Courir au clair de lune avec un chien volé - Callan WINK

Editions Albin Michel - Collection Terres d'Amérique
Parution : 20 septembre 2017
Titre original : Dog run moon
Traduction : Michel Lederer
290 pages

 Ce qu'en dit l'éditeur :

Sous une lune gibbeuse, un jeune homme nu traverse la nuit en courant aux côtés d’un chien galeux. À leurs trousses : Montana Bob et Charlie Chaplin, deux lascars prêts à tout pour récupérer l’animal et se venger du voleur.
Cette nouvelle, qui ouvre le recueil de Callan Wink, donne le ton : une énergie et une originalité qui saisissent le lecteur dès les premières lignes. Dans les grands espaces du Montana, tous ses personnages sont tiraillés entre le poids des responsabilités et les charmes de la liberté. Ainsi, un homme marié entretient une liaison hors du commun avec une Indienne Crow alors que sa femme lutte contre un cancer. Et un adolescent, pris dans la guerre intime que se livrent ses parents, se transforme en exterminateur de chats…

Saluées par Jim Harrison et Thomas McGuane, les deux maîtres des lettres de l’Ouest américain, les nouvelles de Callan Wink, vibrantes d’intelligence et d’humanité, marquent l’arrivée tonitruante d’un jeune écrivain qui n’a pas fini de nous surprendre.

Né dans le Michigan en 1984, Callan Wink vit aujourd'hui à Livingston, dans le Montana, où il est guide de pêche à la mouche. Il a fait sensation en 2011 en étant le plus jeune auteur à publier une nouvelle dans le New Yorker. D'autres textes y ont été publiés par la suite, ainsi que dans la revue britannique Granta et dans plusieurs anthologies. 

Ce que j'en ai pensé :

N'attendez pas de ces nouvelles les traditionnelles chutes qui auraient pu les clôturer...Ici, souvent, elles se concluent, comme ça, l'air de rien, comme laissant flotter un souvenir derrière elles. Elles n'offrent pas de "morale", pas de bouleversements, et chaque fois, j'ai regretté qu'elles ne soient pas le début d'un roman.

Ça renforce la sensation d'avoir rencontrer des gens presque ordinaires, aux vies émaillées de petits soucis mais surtout baignées d'amour d'une façon ou d'une autre, de beaucoup de tendresse. Même pour cet ado qui coupe les queues des chats...

J'ai beaucoup aimé les personnages, de Terry l'ado en prison à Lauren l'héroïne de la dernière nouvelle ("Regarder en arrière"), il y a beaucoup d'humanité en chacun d'eux, y compris dans leurs bizarreries (Sid, celui qui court nu sous la lune !). 
Malgré leurs blessures, leurs déceptions, leurs dérapages ou leurs frustrations,  il y a beaucoup de douceur et de lumière entre ces lignes. ce sont tous des cabossés, des déçus de la vie, des gens qui parfois ont encore un brin d'espoir en quelque chose qu'ils ne déterminent pas. 
Pas de violence, pas de misère exacerbée, pas de pathos, mais simplement des vies entre deux eaux, entre renoncement et entêtement.

La très belle plume de l'auteur ne gâche rien, la prose est directe, maintient le plaisir de pages en pages et j'aimerais beaucoup que Callan Wink nous offre un roman avec tous ces atouts !

6 commentaires:

  1. Une de mes toutes prochaines lectures. Je vais adorer, ça ne fait aucun doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chouette découverte ! Curieuse de voir ce que tu en auras pensé ;o)

      Supprimer
  2. Ravie qu'il t'ait plu. Vivement de nouvelles nouvelles, ou encore un gros roman touffu.
    J'ai adoré ces «vies entre deux eaux».
    Je suivrai Callan Wink de près...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je vais surveiller ses prochaines parutions !

      Supprimer
  3. Merci pour cette belle chronique sur les nouvelles de Callan Wink, ravi de voir que vous avez aimé son univers. Bien cordialement, Francis Geffard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passé ici ! Votre collection "Terres d'Amérique" est d'une incroyable qualité, bravo !

      Supprimer