8 octobre 2017

Entre deux mondes - Olivier NOREK

Editions Michel Lafon
Parution : 5 octobre 2017
413 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 

Un assassin va profiter de cette situation. 

Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 

Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger. 

Ce que j'en ai pensé :

J'attendais de retrouver Victor Coste, le héros récurrent des précédents polars d'Olivier Norek; Exit le flic du 9-3 ! A sa place, un jeune lieutenant, Bastien Miller, qui, désemparé par la dépression de sa femme, demande sa mutation à Calais.

Calais, il en a entendu parler aux infos, une zone de non-droit, un ghetto pour migrants, pour ceux qui ont fuit leur pays, Somalie, Afghanistan ou Syrie, et qui veulent rejoindre l'eldorado, le pays des possibles, Youké, le Royaume-Uni. 
C'est là qu'Adam, flic syrien, doit rejoindre sa femme et sa fille qui ont fait la traversée quelques jours avant lui. 
Sauf que...la Méditerranée est une tombe bien trop profonde pour laisser un peu d'espoir à cet homme.

Sauf que...c'est un gamin somalien qu'il va recueillir, un gamin muet, apeuré, traumatisé qui va s'attacher à Adam et à la famille de Bastien Miller dont il va bouleverser la vie.

Olivier Norek, je suis fan. Incontestablement. 

Mais là...Comment vous faire partager ce que j'ai pu ressentir à la lecture de ce roman noir (parce qu'ici, finalement, la vie de flic devient secondaire, l'enquête accessoire) qui vous happe, vous retient jusqu'à la dernière page ? 
Qui dévoile des personnages d'une rare humanité, qui force l'empathie parce qu'ils prennent tout à coup une réalité et surtout nous tendent un miroir, à nous, bien assis dans nos canapés, nourris et chauffés qui, d'un coup de zapette TV, pouvons effacer ces images qui dérangent.

Un roman sans pathos, au plus près d'hommes qui abandonnent tout pour accéder (peut-être) à un coin de "paradis", dans un monde où la violence est omniprésente et face à laquelle certains trouvent encore le courage de la dignité...
 
A lire ! Forcément !
A réfléchir, absolument.

1 commentaire:

  1. Un gros, gros coup de cœur, on le sent dans chacune de tes phrase ;)

    RépondreSupprimer