10 octobre 2017

L'étoile du matin - Largo Winch #21 - Philippe FRANCQ & Eric GIACOMETTI

Editions Dupuis
Parution : 6 octobre 2017
48 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

New-York. Les valeurs du Dow Jones sont en chute libre, provoquant une perte de plus de 1000 milliards de dollars, avant de subir une remontée tout aussi spectaculaire. Tous les regards se tournent aussitôt vers Mary Striker, tradeuse pour le Groupe Winch, considérée responsable de ce qui apparaît comme une manipulation de cours sans précédent sur lequel le FBI et la SEC s'empressent d'enquêter.

Yucatan. Cet incident n'est pas fait pour arranger les affaires de Largo. Il ignore encore ces faits lorsqu'il se présente au forum de Talos en compagnie de Cathy Blackman afin de lever des fonds pour la Winch Fondation for War Children. Ces soudaines accusations, que de véhémentes manifestations enveniment, surviennent alors qu'il se prépare à prendre de lourdes décisions pour l'avenir de son Groupe.

De Saint Pétersbourg à Tulum. Largo affronte un nouveau péril : les maitres occultes de la finance internationale. Aux commandes de cette histoire, un nouveau tandem : Philippe Francq dont la maitrise graphique est plus époustouflante que jamais, et Éric Giacometti qui relève brillamment le défi de succéder au scénario, à l'immense Jean Van Hamme.

Ce que j'en ai pensé :

Giacometti au scénario, voila qui ne pouvait que me plaire tant j'apprécie la qualité des polars qu'il co-écrit avec Ravenne.

Cette nouvelle aventure de Largo ne pouvait qu'être très nerveuse et résolument moderne. le rythme est rapide dès les premières vignettes, et l'intrigue prend place dans un imbroglio boursier surprenant : que cache cette dégringolade du Dow Jones suivie d'une remontée stupéfiante ? 
 
Ce tome plonge une nouvelle fois dans les arcanes de la finance et alterne scènes urbaines et dépaysement entre Mexique et Russie.

Diablement efficace, cette nouvelle aventure de LW, servie par un dessin soigné (et des cadrages dynamiques), par des dialogues incisifs, maintient le suspens jusqu'à la dernière page.
 
Une réussite ! 


NB : je n'ai pas l'habitude d'écrire des billets BD, mais je remercie Babelio et Dupuis pour leur confiance et pour cette lecture dans le cadre des opérations Masse Critique !

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire