18 décembre 2017

Le premier homme - Jacques FERRANDEZ (d'après Albert CAMUS)

Editions Gallimard BD - Collection Fétiche
Parution : 21 septembre 2017
184 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

« En somme, je vais parler de ceux que j'aimais », écrit Albert Camus dans une note pour l'œuvre à laquelle il travaillait au moment de sa mort. Il y avait jeté les bases de ce que serait son récit de l'enfance : une odyssée temporelle et émotionnelle à travers ses souvenirs, un récit qui, sous couvert de fiction, revêt un caractère autobiographique exceptionnel. À la recherche de ses origines, il y évoque avec une singulière tendresse son univers familial, le rôle des femmes, celui de l'école, la découverte du monde extérieur... En filigrane, on découvre les racines de ce qui fera la personnalité de Camus, sa sensibilité, la genèse de sa pensée, les raisons de son engagement.



Ce que j'en ai pensé :

Je trouve délicat, pour moi qui ne suis pas habituée à l'exercice, d'écrire un billet BD. Je n'en maîtrise pas les codes. Ce qui m'importe le plus, outre que le graphisme me plaise, c'est que l'histoire me touche. C'est le cas ici.

Jacques Ferrandez adapte avec douceur et sensibilité le roman inachevé d'Albert Camus qui fut retrouvé sur les lieux de son accident mortel, écrit en pattes de mouche presque illisibles et qui s'apparente à une autobiographie (Jacques Cormery est le "double" de Camus).

L'ambiance est à la nostalgie de l'enfance en Algérie, des moments entre copains sur la plage inondée de soleil, des siestes avec l'impressionnante grand-mère et du mutisme de la mère, veuve trop tôt. C'est aussi, en filigrane, le deuil d'un père mort pendant la Grande Guerre et l'ombre des "événements", de cette guerre d'Algérie.



Une belle découverte qui m'a donné envie de découvrir les autres productions de l'auteur, visiblement attaché à Camus (il a adapté L'étranger) et à l'Algérie. 

4 commentaires:

  1. Fan de Camus (oui, oui. Surprise?!), je suis intriguée... et le dessin me plaît beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je re-découvre Camus via la BD, je l'avais détesté pdt mes études..comme toi, le graphisme me plait beaucoup ;o)

      Supprimer
  2. Ferrandez représente l'Algérie comme personne. J'avais adoré son adaptation de L'étranger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'acc avec toi ! j'adore ! et L'étranger rejoint ma PAL d'un jour à l'autre, il n'y trainera pas !

      Supprimer