26 juillet 2018

Les chiens de Detroit - Jérôme LOUBRY

Editions Calmann-Levy
Parution :  11 octobre 2017
306 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

Ce que j'en ai pensé : 

"Mais rien n'empêcha la déréliction de Detroit : les rues et les quartiers devenaient fantômes. Les toitures de milliers d'habitations s'affaissèrent en silence tandis que le bitume des routes se fissurait de douleur."

Detroit subit de plein fouet la crise des subprimes, de ville prospère elle passe rapidement au statut de ville-fantôme, maisons murées, en ruines, quartiers désertés... 
Le lieu idéal pour planter un décor de polar où l'on trouve, sans surprise, un flic un peu caractériel et imbibant d'alcool tous ses problèmes familiaux, une fliquette vaguement torturée par une enfance difficile, et un "monstre", un assassin arrêté dès les premières pages mais dont la garde à vue promet des surprises...

Sauf que...

Je me suis bien vite ennuyée. J'y ai cru mais ça n'a pas fonctionné.
L'intrigue, pourtant prometteuse, se tortille,  s'oublie dans les élucubrations existentialistes de flics pas vraiment sympathiques (même si on devine assez vite comment et pourquoi ils sont touchés par leur enquête).

Alors, non, je ne rejoins pas la foule des lecteurs enthousiastes qui crient au génie de ce premier roman.

Allez voir le billet de Nicolas-Elie, je pense pareil !

4 commentaires:

  1. zut ! tu ne sembles pas trouver ton bonheur dans ces romans !
    bon, je passe mon chemin du coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des dizaines de lecteurs qui ont trouvé ce polar très bon ! Peut-être que je suis dans une "mauvaise" période ? mais là je lis un roman très réussi à paraître chez Stock à la rentrée, la tendance va peut-être s'inverser !

      Supprimer
  2. Je passe aussi, en courant. Dommage, tout de même. Habituellement, Detroit, en fiction, ça me plait beaucoup. Mais les bonnes fictions qui ne tombent pas dans les lieux communs sont rares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, dommage ! ça commençait pas mal mais maintenant quand je m'ennuie, je passe vite à autre chose !

      Supprimer