28 octobre 2013

Attentat express - Caroline POIRON



11 janvier 2011. Caroline Poirson, journaliste, découvre au rez-de-chaussée d'un immeuble de Homs, en Syrie, le cadavre de son mari, Gilles Jacquier, grand reporter à France 2. Ils sont arrivés dans le pays quelques jours auparavant, sur l'invitation de Sœur Agnès. Rien ne se passe comme prévu, leur visite en Syrie est programmée, instrumentalisée par le régime de Bachar El Assad. Alors que Gilles souhaite effectuer un reportage sur le pouvoir et les institutions militaires, il est conduit, contre son gré à Homs où une gigantesque mise en scène est élaborée : selon les autorités, il a été victime d'un attentat perpétré par les rebelles. Il n'en est rien. A la seconde près, son assassinat a été orchestré.
Une enquête minutieuse, des faits troublants et une sensation de malaise. Qui manipule les médias européens ? Dans cette guerre civile, en Syrie, aucune information ne paraît plus digne de confiance. Pourquoi avoir signé l'arrêt de mort de Gilles Jacquier si ce n'est parce que sa façon d'appréhender le journalisme, dans un pays où toute communication est surveillée et placée sous la censure, dérangeait profondément ?
Le témoignage de Caroline POIRON est bouleversant, dérangeant. Il est surtout empreint d'une grande pudeur, et c'est sans doute, hormis les faits politiques, ce qui m'a le plus touchée.Bien qu'étant profondément affectée par le drame, elle garde une distance, une lucidité d'analyse qui déconcerte, qui témoigne de ses doutes, de sa bonne foi et qui par-dessus tout laisse l'image de Gille Jacquier comme celle d'un reporter intègre, passionné et jusqu'au boutiste. Au péril de sa vie.
je lui attribué la note de 17/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire