22 janvier 2014

Longue division - Derek NIKITAS


Jodie est femme de ménage. Elle a abandonné son fils. Le jour où elle tombe par hasard sur une belle liasse de dollars dans la maison où elle travaille, elle se laisse emporter et empoche le magot. Une seule idée en tête, retrouver son fils. Au même moment, un ado espère de ramener dans le droit chemin sa sœur droguée et entraîne son copain dans une virée qui tourne au bain de sang.

Noir c’est noir ! Un thriller, qui s’apparente très vite à un road movie sanglant, violent, tendu. Si le rythme est soutenu, l’ambiance glauque à souhait, ce polar cumule malheureusement trop de clichés. Comme si l’auteur avait suivi à la lettre les recommandations du genre : une femme paumée, enceinte trop tôt ; une jeune fille droguée ; un ado perplexe devant son homosexualité et les pervers qui draguent sur internet ; le bar louche et sa clientèle de dégénérés et la gare où se perd une population interlope ; le flic presque ripoux qui cherche sa rédemption parce que sa femme se meurt d’une tumeur au cerveau ; les routiers ivres dans un motel déglingué, etc…que de lieux communs, que de scènes convenues ! certes décrites à la perfection, mais tellement « cliché » ! !
Et le comble ? une traduction bizarre (comment peut-on « suer des orbites » ? ) et une ponctuation qui dérange la lecture, à tel point que j’ai grimacé, râlé, résisté à l’envie de fermer ce roman sans connaître le dénouement…Insupportables points de suspension en fin de paragraphe et en début de paragraphe suivant. Sans doute un procédé adéquat pour un scénario mais rebutant dans un roman, voire détestable. J’ai été déçue. 
Et c'est ma plus mauvaise note, seulement 09/20 !

1 commentaire:

  1. ah ah...moi aussi je l'ai détesté, mais vraiment et je lui ai mis une note très basse, et pourtant il a passé la sélection de décembre (la mienne)

    RépondreSupprimer