7 avril 2014

Le ciel de la chapelle Sixtine - Leon MORELL

Quand Jules II le « pape terrible » ordonne à Michel-Ange de peindre les fresques de la chapelle Sixtine, celui-ci ne décolère pas ! il est sculpteur et s’indigne de ce qu’il croit être un complot de Bramante et Raphaël.
Bien des années plus tôt, près de Forli, il avait rencontré le tout jeune Aurelio, paysan éperdument admiratif de ses marbres. Aurelio, que la barbarie de mercenaires pousse à prendre la route pour Rome, retrouve Michel-Ange et s’intègre dans la botiglia où se côtoient d’autres peintres et artistes amis du sculpteur. Il devient « sa » muse et aide l’artiste à préparer esquisses et pigments. Il devient l’observateur privilégié du talent de Michel-Ange, allongé sous la voûte de la chapelle, sur un échafaudage.

Leon Morell a réussi un superbe roman, à la fois biographie des 4 années que Michel-Ange a passé à Rome et thriller. Le rythme est soutenu, les personnages parfaitement brossés, l’ambiance de Rome et du Vatican extrêmement bien rendue. Il est indéniable que l’auteur est fort documenté et le style du roman nous invite presque à accepter l’intrigue comme fidèle miroir de la réalité. Je l’ai lu aussitôt après Libica mais le sujet n’est pas traité de la même manière, et finalement, ils se complètent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire