9 juin 2014

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry..- Rachel JOYCE


Ce qu'en dit l'éditeur :

Il était juste parti poster une lettre.
Mais c est mille kilomètres qu il va parcourir à pied.
Un roman inoubliable qui a conquis le monde entier.

« Je suis en chemin. attends-moi. Je vais te sauver, tu verras. Je vais marcher, et tu vivras. »

Harold Fry est bouleversé par la lettre qu il reçoit de Queenie Hennessy, une ancienne amie qui lui annonce qu elle va mourir.
Alors que sa femme, Maureen, s affaire à l étage, indifférente à ce qui peut bien arriver à son mari, Harold quitte la maison pour poster sa réponse. Mais il passe devant la boîte aux lettres sans s arrêter, continue jusqu au bureau de poste, sort de la ville et part durant quatre-vingt-sept jours, parcourant plus de mille kilomètres à pied, du sud de l Angleterre à la frontière écossaise.
Car tout ce qu Harold sait, c est qu il doit continuer à marcher.
Pour Queenie.
Pour son épouse Maureen.
Pour son fils David.
Pour nous tous.


Mon avis :


Quel chouette roman ! je viens juste de tourner les dernières pages, à regret...une très belle histoire, pleine d'humanité de bonheur, entre le rire et les larmes. Un pélerinage personnel à la recherche de soi, voila la quête d'Harold d'un bout à l'autre de l'Angleterre dans le seul but de voir Queenie avant qu'elle ne meure.
J'ai adoré de bout en bout parce que s'égrène quelques petites phrases très justes sur la solitude, les regrets, sur ce que chacun porte en lui comme espoirs. C'est touchant, jamais larmoyant, juste une belle leçon d'amour !


(en version poche)



Citations :


"Le plus curieux, pourtant, c'était qu'un conducteur qui le dépasserait ne verrait sans doute dans ce vieux bonhomme en chemise, cravate et chaussures bateau, qu'un autre homme sur la route. C'était tellement drôle, il était tellement heureux, tellement en union avec la terre sous ses pieds, qu'il aurait pu rire sans fin de la simplicité de la chose."

"La seule différence, c'est que je me suis habitué à la souffrance. C'est comme de découvrir un énorme trou dans le sol. Au début, on oublie qu'il est là et on tombe tout le temps dedans. Et puis, au bout d'un moment, il n'a pas disparu, mais on apprend à le contourner."

" Et si ce n'est pas un miracle d'essayer de trouver sa route quand on ignore si l'on va arriver au bout, je me demande bien ce qui l'est."






Ce livre entre dans mon challenge "Juin, mois anglais"

8 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je vais cherché un peu plus sur le livre. L'information pourrait être intéressante.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas si mon commentaire est passé, mais je disais que j'avais aussi versé quelques larmes mais que pourtant je ne l'avais pas trouvé "larmoyant" non plus, mais émouvant et juste. J'ai eu un coup de coeur.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aimé ce couple. On a présenté ce roman comme un roman léger mais il ne l'est pas à mon avis.

    RépondreSupprimer
  4. pas si léger effectivement..il y a plein de choses très justes, très simples aussi...apprendre à regarder autour de soi, apprendre où poser ses pas, s'apercevoir que les choses auxquelles on tient sont tout près ;o) comme tu dis, Anne, un "coup de coeur" ;o)

    RépondreSupprimer
  5. En lisant ton billet ainsi que les commentaires d'Enna et de Valérie, c'est clair que je le mets dans ma liste prioritaire !! :-)

    RépondreSupprimer
  6. et tu auras une belle lecture à la clé ;o)

    RépondreSupprimer
  7. dommage que je croule déjà sous les livres à lire absolument en Juin (notamment pour Bibliomaniacs), car je l'aurais bien lu pour le mois anglais, ça fait longtemps que je l'ai en tête...

    RépondreSupprimer
  8. Je le veux absolument, je voulais le lire suite aux éloges qu'il a reçu quand il est sorti...je l'avais oublié et il semble qu'il ait une deuxième vie en poche. Il est surnoté.

    RépondreSupprimer