14 août 2014

Les naufragés de l'Ile Tromelin - Irène FRAIN

Ce qu'en dit l'éditeur :
Un minuscule bloc perdu dans l'océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C'est là qu'échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L'Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d'esclaves. Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir. Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. 
Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s'est-il passé sur l'île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l'abolition de l'esclavage.
 
L'île Tromelin, vue du ciel et selon la carte conservée aux Archives de la Marine :

Ce que j'en ai pensé :
Je n'avais lu aucun des romans d'Irène FRAIN avant celui-ci, persuadée qu'il s'agissait plutôt de littérature sentimentale...J'ai donc abordé ce livre de la pire manière qui soit, sûre qu'il s'agissait d'un roman façon "Robinson Crusoë" ! Les premiers chapitres (plutôt longuets mais qui permettent de mieux cerner l'état d'esprit de ces marins du bout du monde et les conditions du naufrage) m'ont d'abord étonnée, puis déstabilisée : ce n'est pas vraiment un roman, pas vraiment un récit de voyage, pas exactement un documentaire non plus mais tout ça à la fois.
Puis je me suis laissée emporter par les déferlantes, submerger par les vents ! Si on oublie les bizarreries narratives (du vocabulaire moderne, presque "parlé" qui parait un peu incongru mais qui s'explique par la volonté de l'auteur de se détacher du roman historique), on est gagné par la force du récit, par l'incroyable aventure de ces hommes, blancs ou noirs, par leur lutte pour survivre et par leur prise de conscience face à l'esclavage. Le rythme est soutenu et les mots déferlent aussi fort que les vagues !
La postface est passionnante, elle raconte les découvertes et travaux archéologiques menés ces dernières années sur l’île et qui ont permis la mise au jour des vestiges d'habitat des naufragés noirs abandonnés sur Tromelin.
 A voir sur le site des TAAF (terres australes et antarctiques françaises)

Irène FRAIN

3 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ce livre, ce n est pas ce que j ai l habitude de lire mais il a l air passionnant.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'en avais pas entendu parler mais je note le titre car il me tente. Dernièrement, j'ai lu et adoré "Beauvoir in love" d'Irène Frain.

    RépondreSupprimer
  3. Je crains trop de lire ce livre, car Irène Frain touche un sujet sur lequel je risque de chipoter à chaque page, je ne sais pas si j'aime tellement cette romancière en fait...

    RépondreSupprimer