25 mars 2015

Hilarion, l'énigme des fontaines mortes - Christophe ESTRADA

éd Actes Sud - 448 pages
Ce qu'en dit l'éditeur :
Automne 1776, Aix s'anime : les hommes du Parlement font leur rentrée après avoir passé les mois d'été dans leur villégiature. De Toulon, arrive la rumeur des frasques des fils de bonne famille qui servent le roi dans les Gardes Marines. Une jeunesse plus dissipée, plus insolente, plus violente... Mais les apparences sont trompeuses. Dans l'ombre du vieux palais comtal, le drame se noue. Le chevalier Hilarion, dont la réputation d'investigateur n'est plus à faire, est sollicité pour débusquer l'auteur de mises en scène autant macabres que scandaleuses. La noblesse d'Aix enterre ses morts, Hilarion poursuit ses fantômes.
 Après une enfance à Grasse, Christophe Estrada entame 
des études de lettres à Paris (Sorbonne-Nouvelle). 
Il se consacre à la poésie (quelques publications en revues) 
et séjourne plusieurs années au Caire. 

Ce que j'en ai pensé :
J'avais repéré ce roman à sa parution et pourtant j'étais passée à côté ! Le trouver, sans m'y attendre, sur le stand Actes Sud au Salon du Livre m'a décidée, un peu comme si je recevais un signe : puisqu'il croise ma route de lectrice, et puisque la quatrième de couverture attise encore ma curiosité et mon envie, je devais céder à la tentation !
Et comme c'était bon de succomber au charme de ce chevalier épris de justice, fin bretteur, franchement mystérieux (d'où vient-il ? quel est ce passé qu'on ne devine qu'à peine ?), de suivre son enquête dans les rues d'Aix-en-Provence !
La narration est soignée, le vocabulaire parfaitement choisi (encore des mots nouveaux !), l'intrigue savamment posée, les personnages subtilement posés, l'ambiance XVIIIème parfaitement restituée ! Il y a un air de Nicolas Le Floch avec un texte moins ampoulé, bien plus agréable à lire.
Un vrai plaisir ! La fin laisse présager une suite mais il me semble qu'il n'y ait eu aucune autre parution de l'auteur depuis celui-ci en 2012...
Le cours Mirabeau à Aix

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire