28 novembre 2015

Ce pays qui te ressemble - Tobie NATHAN

éd Stock - 19 août 2015 - 540 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
C’est dans le ghetto juif du Caire que naît, contre toute attente, d’une jeune mère flamboyante et d’un père aveugle, Zohar l’insoumis. Et voici que sa soeur de lait, Masreya, issue de la fange du Delta, danseuse aux ruses d’enchanteresse, le conduit aux portes du pouvoir. Voici aussi les mendiants et les orgueilleux, les filous et les commères de la ruelle, les pauvres et les nantis, petit peuple qui va roulant, criant, se révoltant, espérant et souffrant.
Cette saga aux couleurs du soleil millénaire dit tout de l’Égypte : grandeur et décadence du roi Farouk, dernier pharaon, despote à l’apparence de prince charmant, adoré de son peuple et paralysé de névroses. Arrivée au pouvoir de Gamal Abdel Nasser en 1952 et expulsion des Juifs. Islamisation de l’Égypte sous la poussée des Frères musulmans, première éruption d’un volcan qui n’en finit pas de rugir… C’est la chute du monde ancien, qui enveloppait magies et sortilèges sous les habits d’Hollywood. La naissance d’un monde moderne, pris entre dieux et diables.


 Tobie Nathan, né en 10 novembre 1948 au Caire en Égypte, 
est un universitaire, diplomate et écrivain de nationalité française.

Ce que j'en ai pensé :
Zohar "le Magnifique" et sa soeur de lait, Masreya, dans une Egypte tourmentée, dans une danse orientale sensuelle, voila ce que raconte ce beau roman, puissant, épique et tellement échevelé. Les personnages se succèdent, tous singuliers, d'Esther la folle et Motti le père aveugle au roi Farouk, infantile et capricieux. Tous, juifs ou arabes, italiens ou anglais, embarqués par cette folle époque de guerre qui fait trembler l'Egypte et sème les bases d'un monde nouveau.
Synagogue Haim Capucci dans le quartier Yaret El-Yehud au Caire
C'est l'histoire de l'amour fou, celui des parents de Zohar, celui de Zohar pour Masreya, pour son pays aussi, mais c'est aussi une chanson triste sur l'amitié qui unit, éloigne ou sauve. C'est d'abord un conte, un peu fantasque, très exotique, qui s'achemine vers la tragédie et la violence, vers le renoncement. 
J'ai beaucoup aimé cet épais roman qui contient tout : la folie des hommes et la passion, la magie de l'enfance et la maturité, la foi et les superstitions, l'amour et la haine. 
La narration est parfois déroutante , alternant point de vue omniscient et focalisation interne, mais elle charme et envoûte, scandée tour à tour par les vers des poètes et la truculence du petit peuple.

Merci aux éditions Stock pour cette très belle découverte  et 540 pages qui filent comme par magie !

2 commentaires:

  1. j'étais au courant de la parution de ce livre, mais sans vraiment savoir de quoi il parlait, donc merci pour ton billet! ce roman a l'air très intéressant, je le note!

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma liseuse mais je crois que je préférerais le découvrir en version "papier".

    RépondreSupprimer