2 janvier 2016

Bellevue - Claire BEREST

éd Stock - 27 janvier 2016 - 198 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Alma se réveille à quatre heures du matin. Dans un hôpital psychiatrique.
Deux jours plus tôt, elle fêtait ses trente ans. Écrivain prometteur, Alma est une jeune Parisienne ambitieuse qui vit avec Paul depuis plusieurs années ; tout lui sourit. Et, d’un coup, tout bascule. Son angoisse va l’emporter dans une errance aussi violente qu’incontrôlable et la soumettre à d’imprévisibles pulsions destructrices.
Que s’est-il passé pendant ces quarante-huit heures ?
Claire Berest, née en 1982, a été professeur de français 
à Bobigny, poste dont elle a démissionné à 25 ans. 
De ce constat d'échec est né Enfants perdus en 2014. 
Elle est l'auteur de Mikado, de L'Orchestre vide et est, 
par ailleurs, la sœur d'Anne Berest.
Ce que j'en ai pensé :
 Est-ce que la trentaine est un cap dangereux pour les femmes ? Est-ce à ce moment que tout bascule, les certitudes, le confort d'une vie facile ? 
Le roman déroule deux jours déjantés où l'héroïne rejette une vie a priori bien réglée, se jetant à corps perdu dans un délire d'autodestruction, de "dé-construction" : mutilation, alcoolisation massive, nymphomanie, jusqu'à assister à la mise en scène de sa propre mort dans un hôtel de luxe...
Une lente dérive vers la folie, un enfermement en hôpital psy qui sonne comme une pause, une rédemption, un temps pour soi loin du tumulte.
Un roman en apnée, qui se lit d'une traite, une plume alerte et intelligente qui décrit au plus juste le malaise, la chute, la pression des apparences et des convenances !

Merci à Valentine des Editions Stock qui m'a permis de découvrir ce très bon roman en avant-première.

3 commentaires:

  1. Je sais déjà répondre à la question sur la trentaine, c'est du passé ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Bonne impression pour le moment... j'attends de le terminer pour me faire un avis définitif...
    Ravie de découvrir ton blog même si tu n'es pas une totale inconnue... ��

    RépondreSupprimer
  3. Lu à mon tour, et j'ai beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer