5 janvier 2016

Golem - Pierre ASSOULINE

éd Gallimard - 1er janvier 2016 - 272 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Soupçonné du meurtre de son ex-femme, décédée dans un mystérieux accident de voiture, Gustave Meyer, grand maître international d'échecs, voit soudain sa vie basculer. En un instant, ce solitaire devient un fugitif partout recherché.
Dissimulé sous une autre identité, isolé des siens, il est rattrapé par ses failles : l’étrange opération chirurgicale qu’il a subie à son insu et qui l’a «golémisé» en décuplant ses facultés mentales ; la relation ambiguë qu’il entretient avec l’ami qui l’a opéré ; le sentiment diffus de ne plus s’appartenir et de devenir un monstre au regard de la société.
Une clé lui manque, qu’il part chercher en errant au cœur de la vieille Europe, deux femmes à ses trousses : Emma, sa propre fille, qui essaie de l’aider, et Nina, chargée de l’enquête policière.
Meyer y parviendra-t-il à temps? Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité qu’il va découvrir ? 

 Pierre Assouline, né en 1953 à Casablanca, est un journaliste, chroniqueur de radio, romancier et biographe français, ancien responsable du magazine Lire.


Ce que j'en ai pensé :
Je n'avais jamais lu aucun roman de Pierre Assouline et j'en avais une idée un peu "classique-guindée" sans bien savoir pourquoi. La quatrième de couverture de ce roman tout juste paru m'attirait avec cette quête au travers de l'Europe (même si avant ma lecture, j'ai pris cette histoire de clé au premier degré !).
J'ai beaucoup aimé les 2 premiers tiers du livre (un peu moins la fin) notamment pour ce que j'ai pu y déceler d'humour et de second degré mais j'ai regretté que la quête, qui se révèle être finalement spirituelle, presque ésotérique, n'ait pas plus de consistance : le pélerinage européen du héros, fou d'échecs, souffrant d'épilepsie et "golemisé", est trop rapidement évoqué alors qu'au travers de sa recherche d'origines, de son questionnement religieux sur le judaïsme (puisque Golem il y a) soit aussi légèrement balayé. 
Les questions d'éthique autour de la manipulation du "cerveau augmenté", de la supériorité (ou non) de l'homme sur l'ordinateur sont fascinantes et abordées de manière attrayantes par le biais de cette chasse à l'homme que raconte le livre.
Un bon roman qui m'a captivée mais auquel il a manqué un je-ne-sais-quoi...

Clic : la légende du Golem pour ceux et celles qui ne la connaîtraient pas ;o) 

2 commentaires:

  1. Je l'ai terminé et il m'a également manqué un quelque chose... Comme toi, j'ai préféré le début à la fin.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire un roman d'Assouline que j'ai bien aimé malgré des bémols. Je note celui-ci car j'aimerai bien lire d'autres oeuvres de cet auteur.

    RépondreSupprimer