16 février 2016

Envoyée spéciale - Jean ECHENOZ

éd de Minuit - 8 janvier 2016 - 320 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s’occuper. Des bords de Seine aux rives de la mer Jaune, en passant par les fins fonds de la Creuse, rien ne devrait l’empêcher d’accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n’est pas toujours très bien organisé.

Jean Echenoz, né à Orange en 1947, est un écrivain et romancier français, lauréat du prix Médicis de 1983 pour Cherokee et du prix Goncourt de 1999 pour Je m'en vais.
Ce que j'en ai pensé :
Les Pieds Nickelés à la DGSE !  
Une jeune femme, Constance, enlevée par un trio improbable d'agents des services spéciaux, se laisse trimballer, placidement, de Paris à la Creuse puis en Corée. Ses ravisseurs sont délicats et prévenants, quoique maladroits, et Constance se laisse engeôler sans plus protester. Syndrome de Stockholm et syndrome de Lima ! Elle entame même la lecture d'une encyclopédie, son mari ne se pressant pas de payer la rançon (il a bien d'autres soucis dont celui de relancer une carrière musicale) !
Les événements se superposent, les personnages s'entrecroisent, l'auteur digresse avec légèreté : le récit du braquage de banque est digne d'un sketch, on apprend quels sont les taux d'incapacité retenus par la Lloyd's suivant les différentes mutilations des doigts, on s'interroge sur le fait que les boîtes de médicaments s'ouvrent toujours du côté où se trouve la notice d'utilisation empêchant l'accès aux pilules, ou sur les phéromones des papillons et des éléphants...
Envoyée spéciale est une comédie désopilante, une parodie à la OSS 117, un roman qui offre une galerie de personnages tous plus loufoques les uns que les autres, ou pour le moins en décalage. C'est savoureux, mais c'est aussi très intelligent, l'auteur ayant un indéniable talent pour poser quelques réflexions sur notre monde ! Une parfaite réussite ! Une sorte de San Antonio sans vulgarité qui se dévore de la première à la dernière page.
On regrette de ne pas pouvoir embarquer avec Lou Tausk et Hyacinthe vers le Zimbabwe pour une autre mission complétement ratée !


Ce billet est publié sur le site de L'Express, ici ! 

2 commentaires:

  1. Une parodie d'OSS 117 qui était déjà plutôt parodique, je demande à voir. Mais bon, c'est Echenoz donc la qualité est forcément au rendez-vous.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Vincent, comme toi, je me suis beaucoup divertie en lisant ce roman. Et une fois de plus, j'ai apprécié l'écriture d'Echenoz. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer