20 février 2016

Meurtres rituels à Imbaba - Parker BILAL

Éd Seuil - parution 18 février 2016 - 416 pages
Titre original : Dogstars rising
Traduction : Gérard de Chergé

Ce qu'en dit l'éditeur :
Le Caire, 2001. Makana, ex-officier de police soudanais exilé politique en Égypte, est chargé d’identifier l’auteur d’une lettre de menaces reçue par le patron de l’agence de voyages l’Ibis bleu. Peu après, Meera, employée copte de l’agence et femme d’un universitaire musulman révoqué pour opinions subversives, est assassinée dans une galerie marchande. Makana voit là un lien avec les meurtres sanglants de jeunes garçons à Imbaba, quartier déshérité comptant plusieurs églises. Et si les autorités avaient décidé d’en rendre les coptes responsables ? Ce qui semble à première vue n’être qu’un complot politico-religieux se révèle peu à peu, au fil d’une enquête semée d’embûches qui mène Makana jusqu’à Louxor et à un monastère désaffecté dans le désert, une magouille impliquant une banque cairote coupable de transactions douteuses.
Pouvoir, argent et corruption : une équation vieille comme le monde…

 Né à Londres en 1960, diplômé en géologie de l'université de Sheffield, il a vécu en Angleterre, au Soudan, au Caire et au Danemark. Il est actuellement établi à Barcelone.

Ce que j'en ai pensé :
Une quatrième de couverture un peu trop bavarde ! 

Mais quel plaisir toujours à lire Parker BILAL ! Une narration très romancée qui n'enlève rien au côté polar, un vocabulaire choisi, introduisant des expressions de langue arabe et à nouveau, une plongée dans les quartiers populaires du Caire qui, si elle n'invite pas au voyage, révèle les bas-fonds d'un pays bouleversé par la main-mise politique des "Frères musulmans", par une corruption rampante. 

Makana est un ex-flic très attachant et certains personnages, dessinés dans le précédent roman (Les écailles d'or, chroniqué ici), réapparaissent et sèment le trouble.

Polar social, polar presque politique, cet opus est très réussi, et, conquise, je suis sûre de lire les prochains tomes à paraître !


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire