5 mars 2016

Entretien avec le diable - Olivier BARDE-CABUÇON

éd Actes Noirs - Parution mars 2016 - 368 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Une jeune fille possédée par le diable, des villageois qui meurent chaque jour, une abbaye hantée depuis la mort de son abbé, une mystérieuse Dame blanche errant dans la forêt… Le mal aurait-il envahi cette vallée perdue de Savoie ? Et qui est cette jeune fille à la capuche rouge qui semble ne pas avoir peur du loup ?
Sur le chemin qui les ramène de Venise à Paris, le commissaire aux morts étranges et son père vont profiter de leur étape dans ce lieu insolite et reculé pour opposer les préceptes de la raison aux manifestations de l’inexplicable. Temporairement aveugle, le chevalier de Volnay doit s’en remettre à l’ingénue Violetta et à ses sens exacerbés par la tension ambiante. Son père, quant à lui, cache tant bien que mal son excitation sous sa robe de bure : car quoi de plus tentant, pour un moine hérétique, que de s’entretenir avec le diable lui-même ?
Quelque part entre L’Exorciste, Le Nom de la rose et Le Petit Chaperon rouge, Entretien avec le diable est sans conteste le volet le plus détonnant dans la série du commissaire aux morts étranges.
Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon. Son goût pour les intrigues policières et son intérêt pour le XVIIIe siècle l'ont amené à créer le personnage du 'commissaire aux morts étranges'.

Ce que j'en ai pensé :
Volnay et son père, le moine hérétique, sont des personnages que j'aime particulièrement et je me réjouis chaque fois à l'annonce d'une nouvelle parution. A l'instar de l'auteur, le XVIIIème siècle est ma période historique de prédilection. 

Cette fois, bien loin de Paris ou de Venise, l'auteur nous emmène dans un village perdu au milieu de nulle part, là où les Lumières ne se sont pas encore allumées ! Le contraste est saisissant avec ce qui faisait ses précédents polars : plus question d'évoluer au milieu des nantis vêtus de soie mais aux mœurs dissolues, bienvenue dans un monde où les loups et les sorcières font encore trembler à la veillée ! D'autant qu'ici, bien loin des villes, c'est aussi la peur de Dieu qui domine ! Ce monastère qui surplombe le village n'y est pas étranger, et ses couloirs hantés au moins aussi dangereux que la forêt où règnent une drôle de troupe de bûcherons (patibulaires mais presque !!).

Un polar historique, presque "ésotérique", d'excellente facture et qui m'a réjouie !

2 commentaires:

  1. Très très intriguant... Je vais aller voir de plus près!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et merci pour cette réjouissante critique. Un 5ème opus détonnant dans la série effectivement, loin de l'urbanité de Paris ou Venise. Je vous invite à m'envoyer un mp sur mon FB officiel Olivier Barde-Cabuçon. Je serai très heureux de vous adresser mon prochain roman l'année prochaine. Bien amicalement. Olivier Barde-Cabuçon

    RépondreSupprimer