25 avril 2016

Evangile pour un gueux - Alexis RAGOUGNEAU

Editions Viviane Hamy - collection Chemins Nocturnes
Parution : Janvier 2016
367 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

À la veille de Noël, un groupe de SDF investit Notre-Dame de Paris, revendiquant un logement pour tous. Les médias se déchaînent, l’événement fait la une. Après l’éviction des miséreux manu militari, le calme revient dans la capitale jusqu’à ce que, quelques jours avant Pâques, on repêche dans la Seine le corps étrangement mutilé de Mouss, le porte-parole des sans-abris. Quand Claire Kauffmann, la juge d’instruction, apprend que le Père Kern officiait dans la basilique au moment de son occupation, elle sollicite son aide pour faire éclater la vérité. En vain. Témoin autant qu’acteur, le petit prêtre a bien malgré lui favorisé l’intervention de la police. Depuis, perclus de culpabilité, il s’est enfermé au centre Wresinski, où il inventorie les maigres biens des plus démunis. Elle devra se débrouiller seule…

Tel un peintre d’icône, Alexis Ragougneau procède par couches, il dissipe les ombres, jusqu’à la transparence. « Le sens de l’image n’apparaît qu’une fois les visages des personnages illuminés par la vérité divine. En somme, c’est une enquête. Il s’agit de savoir qui tient quel rôle dans la composition et cela n’intervient qu’à la fin. » Il use d’une écriture précise au millimètre pour pointer les maux de notre société. Il se délecte à brouiller les pistes pour offrir une œuvre aussi envoûtante que dérangeante.

 Né en 1973, Alexis Ragougneau est l’auteur d’une douzaine de pièces dont huit ont été créées depuis 2004.Il a récemment élargi le champ de son écriture, se tournant vers le roman et le roman policier.

Ce que j'en ai pensé :
Si j'émettais, il y a moins d'un mois,  quelques réserves au sujet du précédent polar de l'auteur, La Madone de Notre-Dame, elles sont à présent toutes levées !
Certes l'auteur rejoue la partition du policier classique mais donne cette fois une vraie épaisseur à ses personnages dont certaines des failles nous sont révélées, gagnant en maîtrise narrative. De la jeune magistrate qui paraissait si coincée au jeune lieutenant Gombrowicz, en passant par le père Kern, tous nous dévoilent un pan de passé ou un trait de caractère...
Cette fois l'intrigue nous emmène dans le monde des SDF autour d'une incursion médiatisée dans Notre-Dame, menée par Mouss, jeune beur, qui mène sa troupe de sans-abri et prend des allures messianiques (comptez les clodos enfermés dans la cathédrale, rien n'est laissé au hasard, jusqu'au "traître" qui endosse le costume de Judas..). 
Habituée des polars, j'ai vite deviné les chausse-trappes et anticipé la résolution de cette affaire, ça n'a pour autant rien enlevé à mon plaisir ! Sans doute parce qu'au-delà du crime à résoudre, ce polar offre une vision de notre société qui se délite, prétend à l'humanitaire sans trop se mouiller et questionne sur le "charité" de certains hommes d'Eglise (qui, bien ordonnée...et teintée de politique...)
Un bon rompol finalement, que j'ai dévoré en quelques heures ! A suivre !!!


2 commentaires:

  1. Il m'attend ce polar, et je me réjouis de constater que toi aussi tu l'as apprécié !

    RépondreSupprimer
  2. Ce polar m’intéresse beaucoup, j'espère avoir le temps de lire rapidement !

    RépondreSupprimer