10 mai 2016

Le bout du monde - Marc VICTOR

Editions JC Lattès
parution: 13 janvier 2016
400 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Étais-je encore en Afghanistan parce que je n’avais pas la moindre idée de ce que j’allais devenir ? Comment mettre de la distance entre moi et moi-même, alors que je vivais déjà aux confins du monde.

Pascal a ouvert un restaurant, Le Bout du Monde, à Kaboul. Hommes, femmes, voyageurs aux grandes causes et aux bagages trop lourds s’y retrouvent pour comploter, rire, boire, aimer, oublier…Mais après l’excitation des premières années, ne faut-il pas s’en aller encore ? Pascal passe de plus en plus de temps dans son minuscule bureau, à écouter les rumeurs du monde et à se souvenir de ses vies passées.
La disparition de son ami d’enfance, Corto, compagnon de toutes ses aventures, pourrait l’obliger à sortir de sa léthargie pour tenter de le retrouver.
Un roman empreint d’un mélange unique d’humour et de mélancolie, du souffle des grands voyages et des rêveries immobiles.

Marc Victor est le co-créateur de la série Kaboul Kitchen inspirée par sa vie en Afghanistan dans les années 2000. Il a été le premier lauréat comme jeune journaliste de la bourse Lagardère en 1990 pour une enquête sur les traces de Pol Pot en Thaïlande et au Cambodge.

Ce que j'en ai pensé :

Quand les chemins se séparent
A Kaboul, après que les talibans aient été chassés, Pascal, ancien reporter d'origine toulousaine, s'est improvisé patron d'un restaurant de luxe (« Le bout du monde » avec piscine, alcool et jolies filles) où se retrouvent tous les expatriés européens. Apprenant la disparition soudaine de Corto, son ami d'enfance, il se lance, depuis son canapé, entre deux boulettes d'opium et quelques coucheries, dans une enquête pour le retrouver et se remémore leurs souvenirs d'ados devenus journalistes puis baroudeurs. C'est d'ailleurs plus une introspection que va mener le narrateur, reprenant le fil d'une amitié commencée au collège et consolidée dans des voyages autour de la planète.

Une invitation au voyage
Avec une narration souvent languissante qui s'accorde parfaitement à l'état d'esprit un peu nonchalant de Pascal, ce récit qui déroule rêves et souvenirs, ferait presque oublier par son humour et son infinie tendresse, ce pays en guerre, noyé dans la poussière. Il offre une caricature des fonctionnaires et humanitaires en poste à Kaboul : un monde au bord de la décadence, un sentiment de fin du monde et d'abandon qui s'accorde parfaitement avec la conclusion d'une amitié.
Un roman envoûtant avec des personnages attachants, une parfaite réussite !

Mon article sur L'Express est ici !





2 commentaires:

  1. Je suis très tentée! Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas trop "nonchalant" justement ? je sais, ma question peut paraitre bizarre, mais j'ai du mal avec les romans où on "flotte" .. j'espère être claire !

    RépondreSupprimer