19 février 2017

Echo - Ingrid DESJOURS

Editions Pocket
Parution : 10 juin 2010
352 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Ils étaient beaux, riches et pervers. Leur émission pulvérisait l’audimat ; les invités en sortaient humiliés, insultés, blacklistés. Petite lucarne et jeux du cirque… Aujourd’hui, les Frères Vaillant ne sont plus. Et la scène de crime n’est pas belle à voir.
En arrivant sur les lieux, le commandant Vivier constate l’horreur des mutilations. Les deux pantins semblent figés en un tableau grotesque, d’un effroyable sadisme. Et l’avis de Garance Hermosa, sexo-criminologue au profil incendiaire, confirme ce premier diagnostic. Certes, les jumeaux ne manquaient pas d’ennemis, mais ce degré de violence rituelle laisse deviner un véritable monstre… Pour le démasquer, le flic et l’experte devront se voir en son miroir sans entrer dans son jeu. Car le crime, comme l’écho, se répète…

 Née en 1976, Ingrid Desjours est psychologue spécialisée en sexo-criminologie. Elle est également consultante en psychologie et scénariste pour des séries policières françaises, notamment sur TF1.

Ce que j'en ai pensé :

Le pitch de départ était bon, des jumeaux pervers morts d'avoir trouvé plus tordu qu'eux. Des suspects faciles parmi  les gens qu'ils ont blessés, une consultante sexo-criminologue (tiens, comme l'auteur ?) super sexy mais pas équilibrée non plus, un flic vieillissant mais encore vert. 
Facile, j'ai dit...succession de lieux communs, de personnages peu convaincants, une intrigue rapide à déficeler et un catalogue de perversions sexuelles ou psychologiques à dégoûter Freud de faire son boulot.

Trop facile donc décevant. Pourtant le thème de la perversion narcissique, celui de la gémellité, donnaient envie, mais j'ai eu vite la sensation de m'ennuyer, de ne pas comprendre pourquoi les deux enquêteurs avaient ce profil (la "profileuse" a tout de la caricature -belle, intelligente, tous les mecs à ses pieds, mais tellement fragile la pauvre chérie- et je n'ai pas réussi à la trouver sympathique et vu l'archétype indigeste, les machos vont encore croire que c'est l'image idéale de la femme !!!)...

Ce polar évoque le monde de la télé (télé-réalité) et de la manipulation, des traumatismes de l'enfance, en superposant des extraits de journal intime d'une petite fille traumatisée (ses frères abusent d'elle) et l'intrigue proprement dite. Le principe était intéressant sauf qu’évidemment on se doute vite qu'une femme est la meurtrière...D'autant que quelques passages m'ont semblé bancals.

Désagrément supplémentaire pour moi : le journal est imprimé en caractères italiques, l'intrigue en caractères normaux et les mails reçus par la consultante sexo-machin ou ces rapports d'enquête sont retranscrits en typographie "machine à écrire" de petite taille...ça devient parfois franchement illisible et j'ai gaspillé pas mal d'énergie à accommoder mes yeux aux différentes typos...

Bon, un polar super moyen ! j'ai vu sur le site des Editions Pocket qu'il s'agissait d'un tome 1, je m'épargnerai la lecture du (ou des) opus suivants !

2 commentaires:

  1. c'est bizarre mais rien que la présentation du l'auteur m'a fait fuir .. ton billet me confirme que ce n'est pas pour moi (et je n'aime pas les séries télé sur les profilers)

    RépondreSupprimer
  2. Toujours pas lu l'auteure mais rien ne presse...

    RépondreSupprimer