7 mars 2017

Cat 215 - Antonin VARENNE

Editions La Manufacture des Livres - Collection Territori
Parution : 11 mai 2016
95 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

Marc, « qui répare des choses inutiles depuis toujours », accepte de quitter la métropole et sa compagne Stef, pour rejoindre en Guyane son ancien patron, Julo. Celui-ci a un projet dément : devenu orpailleur, trafiquant d'or, il doit changer le moteur d'une monstrueuse pelle Caterpillar 215 qu'il a entrepris de faire convoyer par un ancien légionnaire Jo et un mystérieux Brésilien qui l'assiste dans cet enfer vert. La machine, après avoir avalé des kilomètres, est immobilisée au milieu de la forêt, loin de la mine sauvage. Aidé d'un piroguier, Marc rejoint les deux hommes et va s'atteler à réparer la bête d'acier et de feu au milieu du paysage dans lequel l'engin s'est frayé un passage en luttant contre la jungle à la fois fragile et menaçante. Les hommes vont alors se battre, bardage contre leur propre folie, contre cette nature qui les fait souffrir et qu'ils torturent en vain au pied de la pelleteuse, plantée au milieu de la forêt, à la fois imposante et ridicule. Enorme quand ils se tiennent à côté, ridicule face à ce qui l'entoure.


Ce que j'en ai pensé :

Pas tout à fait 100 pages pour ce bouquin incroyable où Antonin Varenne nous plonge dans l'enfer vert de la Guyane.

Pas tout à fait 100 pages pour se retrouver accablé par la moiteur de la forêt vierge, abruti par les cris des animaux, inquiet de la haine qui suinte partout, de la folie qui rampe et dévore la cervelle de Jo l'ancien légionnaire, des silences d'Alfonso le brésilien taiseux.

Pas tout à fait 100 pages pour s'imaginer au cœur de cette forêt plus forte que la pelle Caterpillar au moteur cassé, plus forte que ces hommes qui la craignent (et s'en échappent à coups de bière et de rhum) ou la vénèrent.

Pas tout à fait 100 pages pour se rendre compte qu'une nouvelle fois l'auteur nous bouscule avec une narration économe, directe, incroyablement évocatrice, dont le tempo s'accélère jusqu'à la chute.

Pas tout à fait 100 pages pour s'apercevoir qu'on aurait bien aimé en lire 100 ou 200 de plus pour rester un peu entre ces lignes !  

6 commentaires:

  1. J'ai un peu de mal à suivre Antonin Varenne. IL change souvent de maison d'édition, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les polars chez Viviane Hamy, les romans d'aventure chez Albin Michel et le "nature writing" chez La Manufacture des Livres ;o) C'est cohérent !

      Supprimer
  2. je l'ai loupé, car je l'ai cherché partout et jamais trouvé en librairie - pourtant j'ai lu et adoré ses deux derniers (billet à venir). Oui, il change de maison - pour son dernier, il est de retour chez AM

    RépondreSupprimer
  3. (pour les maisons d'édition, voir ma réponse à Valérie)
    Je regrette de ne pas avoir lu "Trois mille chevaux vapeur" mais je vais lire les polars chez Hamy parce que j'aime décidèment beaucoup ce qu'il écrit !
    Hâte de lire ton avis sur "Equateur" que j'ai dévoré le mois dernier !!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré cette atmosphère poisseuse !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé ce petit texte à l'atmosphère étouffante.

    RépondreSupprimer