20 mars 2017

La plume - Virginie ROELS

Editions Stock (Collection La Bleue)
Parution : 15 mars 2017
320 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

« Le président était à moins d’un mètre quand il se mit à dévisager le public. Il s’arrêta net sur un jeune homme assis au deuxième rang. Ce dernier le fixa d’un sourire de Joconde. Le président baissa les yeux, puis se tourna vers son ministre de l’Intérieur. La suite, nous la connaissons tous, les images ont fait le tour du monde : à vingt-deux heures trente, devant cinquante millions de téléspectateurs, le président de la République française a littéralement perdu les pédales.
Quelques secondes qui brisèrent sa carrière ; jamais humiliation ne fut si foudroyante. Dès cet instant, nous fûmes des centaines de journalistes cherchant à savoir ce qui s’était passé. La chance voulut que je sois la seule à avoir identifié l’objet de son effroi : le jeune au sourire de Joconde. »
Une fable contemporaine sur la classe politique, où tout est fiction, mais presque tout est vrai… Un roman inventif, brillant et audacieux.
 

Auparavant journaliste d’investigation pour la télévision et la presse écrite, Virginie Roels est directrice de la publication du magazine Causette. La Plume est son premier roman.
Ce que j'en ai pensé :
Quelle joie de découvrir un nouveau talent ! 
Un premier roman dont la narration parfaite, le rythme trépidant, et le sujet habilement manié montrent que l'auteur a déjà tout d'une grande ! Une belle "plume", justement, qui tient en haleine tout au long de ses 320 pages énergiques, un brin ironiques et qui dévoilent les coulisses du pouvoir.

La politique ? Un monde à part dont le "vulgus pecus" est en droit d'être vaguement dégoûté, un univers de manipulations et de pièges tendus d'un côté à l'autre de l'échiquier...
Manigances, vices variés (ah ! le fric et les femmes !), faux combats et déclarations sur l'honneur qu'on devine truquées quand il s'agit de faire valoir ses intérêts, garder le pouvoir ou remplacer celui qui croit le détenir. Une plongée étourdissante dans un monde de marionnettes où ceux qui tirent les ficelles ne sont pas ceux qu'on imagine et l'envie, après cette lecture, de faire rimer les mots fantasme-fantôme-fantoche !

Quant aux personnages qui défilent dans ce grand carnaval politique, quelle réussite ! Du président Debanel un peu fade à Julien Le Dantec (dont je n'ai finalement pas réussi à savoir s'il était ou non acquis à la cause djihadiste), en passant par l'extraordinaire Tarrand (chef de la DGSI devenu Ministre de l'Intérieur) ou par le personnage fort réussi de la journaliste, tous ont une vraie épaisseur.

Un très bon moment de lecture !

Merci à Valentine et aux Editions Stock pour cette découverte d'un auteur que je vais suivre avec attention !

4 commentaires:

  1. Pas envie de lire des choses sur la politique, surtout en ce moment ! Mais je te rejoints pour dire que c'est chouette de découvrir de nouvelles plumes de qualité.

    RépondreSupprimer
  2. Jérôme, moi non plus !!! mais j'ai ADOOREEE !!! du pur plaisir !!! C’est rythmé, drôle, caustique, on est pris par l'intrigue du début à la fin !! N'hésitez pas, vous allez dévorer !!!

    RépondreSupprimer
  3. Je rejoins Jérôme où comment la réalité a malheureusement rejoint la fiction mais le billet enchanteur pourrait me faire changer d'avis. J'aime beaucoup Stock même s'ils n'ont jamais donné signe de vie par chez moi ;-)

    RépondreSupprimer