3 avril 2017

Un fils parfait - Mathieu MENEGAUX

Editions Grasset
Parution : 1er février 2017
240 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Maxime, enfant unique d’Élise, a tout du fils parfait : brillantes études et carrière fulgurante ; c’est un mari aimant comme un père attentionné. Un jour, sa femme Daphné va découvrir la faille dans ce tableau idyllique. Le conflit est inévitable : il sera sans merci.
Jusqu’où une mère doit-elle aller pour protéger ses filles et faire valoir ses droits, alors que personne n’accepte de la croire ?
Inspiré d’une histoire vraie, Mathieu Menegaux nous livre ici le récit du combat d’une mère contre la machine judiciaire.


Mathieu Menegaux est né en 1967. Son premier roman, Je me suis tue, publié chez Grasset en 2015 et Points en 2017, a obtenu le prix du premier roman des 29e Journées du Livre de Sablet.


Ce que j'en ai pensé :


C'est drôle..J'ai fini ce roman il y a 2 jours et c'est un peu comme si je  ne savais pas quoi en dire.

Non pas qu'il me déplaise, c'est même plutôt le contraire : il est très bien écrit, la narration est fluide, les personnages "consistants"...

L'histoire en elle-même  est dérangeante puisqu'elle parle d'inceste : le propos est clair, un père, bien sous tous rapports (socialement) abuse ses deux fillettes quand leur mère est absente pour raisons professionnelles...L'auteur a l'élégance de ne pas trop en dire, même si les évocations sont déjà bien assez choquantes.

Ce n'est pour autant pas ce postulat qui met mal à l'aise mais les atermoiements d'une mère dans sa culpabilité (et si je n'avais pas autant désiré "faire carrière", si j'étais restée à la maison ?), l'aveuglement de l'entourage (mais tu es SURE ?) et les circonvolutions d'une machine judiciaire qui conduit la mère à se conduire en hystérique et à devenir la "coupable", celle à qui on enlève ses enfants alors qu'elle voulait les protéger.

Passif psychiatrique, respectabilité sociale, présomption d'innocence, fragilité des témoignages (l'affaire Outreau a laissé des marques !), rien n'est joué d'avance. 

C'est intelligemment écrit, puisque tous ces éléments contribuent à instiller le doute.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire