24 août 2017

Demain sera tendre - Pauline PERRIGNON

Editions Stock - Collection La bleue
Parution : 23 août 2017
216 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

Une fille, un père. Un homme tendre et têtu, qui voit sa famille grandir et ses espoirs s’éteindre. Lui qui croyait à une France construite sur une gauche généreuse, sur un syndicalisme réformateur, une presse moderne et utopique, cet homme de convictions voit la mélancolie le gagner. Mais il a un foyer où vivent sa femme et ses quatre filles, et tout au fond de lui, il transmet le flambeau à la nouvelle génération. L’amour de la musique, des lettres, de la liberté. Ce texte repose sur une belle alchimie  : il expose avec franchise, humour et douceur le regard d’une fille sur son père parti trop tôt. Un premier roman remuant.

Née en 1978, Pauline Perrignon a boudé quelques années Paris pour Londres, dont elle est revenue sans le flegme, mais avec un certain goût pour l’autodérision et le thé. Elle est éditrice le jour, danse et joue de la musique la nuit.

Ce que j'en ai pensé :

 "[...] la tête tourne, heureusement il fait frais, l'été a duré longtemps cette année, l'automne est enfin là, qui rougit les joues et les arbres. Demain sera tendre."

Il arrive que certains romans nous touchent plus que d'autres, que l'histoire contée frôle la nôtre, y trace des épisodes en miroir, fassent manquer des battements de cœur...

Quand en plus la plume est belle et que, diable ! il s'agit d'un premier roman qui laisse entrevoir tout le talent de l'auteur, on le savoure comme une friandise.

Ce roman-là pourtant conte un deuil, celui d'un père admiré par sa fille (et donc admirable), un presque taiseux, un passionné, un amoureux, un type bien, journaliste et syndicaliste, sincère en amour comme en amitié. Il fallait bien lui rendre hommage, c'est ce que font toutes les petites filles, surtout quand elles ont le cœur en miettes. 

Pauline Perrignon offre un texte délicat, tout en pudeur et en retenue, dans une narration précise, joliment travaillée, et ce petit bijou se lit d'une traite, avec bonheur et une pointe de nostalgie. Pas de sentimentalisme, pas de mièvrerie, mais seulement un très bel hommage dont la qualité littéraire accentue la portée.

Merci à Valentine et aux Editions Stock pour ce roman extraordinaire qui a remué tant de choses en moi !

3 commentaires:

  1. j'aime beaucoup le titre, et ce que tu en dis!

    RépondreSupprimer
  2. Un premier roman très réussi on dirait.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais pas noté ce livre dans ma sélection de la rentrée littéraire mais ton avis me donne très envie de le lire !

    RépondreSupprimer