26 août 2017

Je suis Jeanne Hébuterne -Olivia ELKAIM


Editions Stock - Collection La bleue
Parution : 23 août 2017
248 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

Jeanne Hébuterne est une jeune fille quand, en 1916, elle rencontre Amedeo Modigliani. De quinze ans son aîné, il est un artiste «  maudit  », vivant dans la misère, à Montparnasse. Elle veut s’émanciper de ses parents et de son frère, et devenir peintre elle aussi. Ils tombent fous amoureux. De Paris à Nice - où ils fuient les combats de la Première Guerre mondiale –, ils bravent les bonnes mœurs et les interdits familiaux. Mais leur amour incandescent les conduit aux confins de la folie. 


Olivia Elkaim est une femme de lettres française née en 1976. Elle a débuté comme journaliste à Marianne et L'événement du jeudi avant de devenir journaliste d'investigation pour Capital, puis chef de l'information de VSD. Elle a publié plusieurs nouvelles et romans, à partir de 2008.


Jeanne Hébuterne et Amedeo Modigliani

Ce que j'en ai pensé :

La vie s'annonçait tranquille pour Jeannette : une vie parisienne, petite-bourgeoise, tranquille, certes perturbée par la guerre de 14 qui emmène son frère adoré dans les tranchées. Pourtant, dans sa solitude et son mutisme forcené, ce qui la fait vibrer, c'est la peinture ; à l'académie Colarossi elle respire, loin de la religiosité de ses parents, là elle ne s'ennuie pas. D'autant qu'elle tombe sur un drôle de gus, juif et rital, qui bouleverse son petit coeur de jeune vierge et l'entraîne dans les ateliers de Montparnasse entre beuveries et coucheries…

Elle peindra, s'émancipera, bien loin des conventions, croyant à force de folies se rapprocher de l'amour jusqu'à se défenestrer, enceinte de neuf mois, au surlendemain de la mort de Modigliani son amant.

Je ne connaissais pas Jeanne Hébuterne et ce roman d'Olivia Elkaïm m'a donné l'occasion de me pencher sur son œuvre dans laquelle on sent l'influence de son amant ; elle n'était pas que sa maîtresse, elle ne respirait que pour l'amour, déchirée par la jalousie, accablée par la misère, en rébellion permanente contre son milieu (qui, à son enterrement le lui rendra bien ! On ne se suicide pas, chère demoiselle, dans la France catholique de l'après-guerre), et c'est ce beau portrait que dresse l'auteur, s'autorisant quelques libertés historiques…

Un roman passionnant et passionné, pas tout à fait une biographie, qui délivre un beau portrait de femme et laisse rêver au Paris des artistes, à la France de la Troisième République, percluse dans son conformisme...

1. Jeanne par Modigliani
2. Modigliani par Jeanne
3. autoportrait de Jeanne
4. autoportrait de Modigliani
Merci à Valentine et aux Editions Stock pour cette découverte qui m'a passionnée !

4 commentaires:

  1. Pour avoir lu une biographie de Modigliani il y a une vingtaine d'années, je connais Jeanne Hébuterne. Quel destin... J'ai un peu de misère avec les romans qui mettent en scène de «vrais gens». Mon intérêt pour le Paris des artistes s'étant quelque peut émoussé avec l'âge, je passe mon tour gaiement (je tente de limiter mes tentations! Tu comprendras mieux pourquoi lorsque tu liras mon futur billet: Quand ma pile à lire perd 100 livres!!!).

    RépondreSupprimer
  2. J'adore cette femme, ce personnage. Tu avais peut-être vu le film sur Modigliani qui m'a fait découvrir Jeanne. Je veux lire ce livre. Vraiment.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais pas Jeanne, pourtant j'aime bien Modigliani, tentant!

    RépondreSupprimer
  4. Il m'attend... j'ai hâte de rencontrer cette Jeanne.

    RépondreSupprimer