8 août 2017

Les filles de Roanoke - Amy ENGEL

Editions Autrement
Parution : 7 juin 2017
Titre original : The Roanoke girls
Traduction : Mireille Vignol
350 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

« Soit nous fuyons, soit nous mourons. »

Tout le monde admire les filles Roanoke. Elles sont belles, jeunes, riches et vivent avec leurs grands-parents au milieu du Kansas, dans un immense domaine noyé de soleil. Leur vie semble si douce... Pourtant Camilla, Penelope, Eleanor, toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Il y a quelque chose de pourri au royaume des Roanoke.

Plongée étouffante au coeur des relations troubles d'une famille d'aujourd'hui, Les Filles de Roanoke est un véritable page turner atmosphérique et haletant. Amy Engel distille avec talent le poison des non-dits, dans la lignée des grands romans de Joyce Carol Oates.

Née au Kansas, Amy Engel a passé son enfance dans divers pays du monde (Iran, Taïwan) et vécu un peu partout aux États-Unis, de la Californie à Washington D.C. Avant de se consacrer à plein temps à l'écriture, elle a exercé le métier d'avocate. 


 Ce que j'en ai pensé :

"Personne n'avait besoin de m'expliquer l'emprise que nos enfances exercent sur nous, même quand nous la combattons corps et âme."

Et l'enfance pour Lane a mal commencé, sa mère se suicide et quand elle pense trouver refuge chez ses grands-parents, elle ne fait que tomber dans un piège. Fuir, c'est la seule solution pour échapper au destin familial,  quand on est à la fois la petite-fille de Yates...et sa fille ! Parce qu'ici c'est la règle, Papi Yates se tape toutes ses filles, leur fait des bébés, et Mamie Lilian ferme les yeux...
Pour Lane, la fuite est salvatrice. Mais la disparition de sa cousine Allegra la force à revenir au domaine de Roanoke, pas seulement pour en dénouer le mystère mais sans doute aussi pour se libérer des non-dits.

Il fait chaud dans le Kansas, mais si l'atmosphère devient vite poisseuse pour le lecteur, c'est à cause de la galerie de portraits qui défile entre ces pages : des jeunes filles, toutes (presque) identiques, toutes un peu rebelles, cruelles, mais toutes amoureuses de celui qui apparait vite comme un gourou familial : une emprise malsaine dont il est difficile de se déprendre... 

Pourtant, même si le sujet est tabou, même si la situation est sordide, la narration entretient le flou, entre amour et haine, entre horreur et "acceptation" de l’innommable ! Et c'est le plus difficile à digérer pour le lecteur :la sensation d'être un témoin révolté et impuissant (comme face à une malédiction) face à un consensus écœurant : papi tripote et mamie se tait...

Avec une ambiance oppressante et dérangeante, ce roman est pourtant addictif et j'ai hâte de connaître l'avis de Hop ! sous la couette qui le lit aussi !
Et le vôtre, si vous l'avez lu !

5 commentaires:

  1. Terminé! J'en suis à la rédaction de mon billet. Ai-je apprécié ou non? Suspense!
    Pour ma part, je tairai le secret, mais je référerai à ton billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai reçu (merci à une copinaute d'IG) et je ocmpte le lire donc je ne lirai pas vos billets (sinon en diagonale) !

      Supprimer
  2. Roman totalement inconnu mais qui pourrait m'intéresser. A voir ce que Marie-Claude en a pensé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La madame en pense beaucoup de mal! Billet en ligne le 22! Je viens de mettre un point final à mon billet.

      Supprimer
    2. Tu m'intrigues !! Je me demande bien pourquoi tu l'as autant détesté ? J'irai lire ça le 22 !!

      Supprimer