24 septembre 2017

Les buveurs de lumière - Jenni FAGAN

Editions Métailié
Parution : 24 août 2017
Titre original : The Sunlight Pilgrims
Traduction : Céline Schwaller
304 pages

Ce qu'en dit l'éditeur : 

2020.
Le monde entre dans l’âge de glace, il neige à Jérusalem et les icebergs dérivent le long des côtes. Pour les jours sombres qui s’annoncent, il faut faire provision de lumière – neige au soleil, stalactites éclatantes, aurores boréales.

Dylan, géant barbu et tatoué, débarque au beau milieu de la nuit dans la petite communauté de Clachan Fells, au nord de l’Écosse. Il a vécu toute sa vie dans un cinéma d’art et essai à Soho, il recommence tout à zéro. Dans ce petit parc de caravanes, il rencontre Constance, une bricoleuse de génie au manteau de loup dont il tombe amoureux, et sa fille Stella, ex-petit garçon, en pleine tempête hormonale, qui devient son amie. Autour d’eux gravitent quelques marginaux, un taxidermiste réac, un couple de satanistes, une star du porno.

Les températures plongent, les journaux télévisés annoncent des catastrophes terribles, mais dans les caravanes au pied des montagnes, on résiste : on construit des poêles, on boit du gin artisanal, on démêle une histoire de famille, on tente de s’aimer dans une lumière de miracle.

Dans ce roman éblouissant au lyrisme radical, peuplé de personnages étranges et beaux, Jenni Fagan distille une tendresse absolue qui donne envie de hâter la fin du monde.

 Jenni FAGAN est née en Écosse en 1977. Elle étudie l’écriture créative à l’université de Greenwich, puis remporte une bourse pour la Royal Holloway de Londres. Elle a publié plusieurs livres de poésie, dont le dernier, The Dead Queen of Bohemia, se trouve parmi les Best Scottish Poems 2017.  En 2013, elle figure sur la liste des jeunes écrivains britanniques les plus prometteurs publiée par Granta. Elle travaille comme écrivain en résidence dans des unités de néonatologie, des prisons pour femmes, avec des aveugles, des jeunes délinquants, des femmes en danger, et à l’université d’Édimbourg. En 2016, le Sunday Herald Culture Awards la couronne écrivain de l’année.  

Ce que j'en ai pensé :

2020, c'est demain ! Et la météo n'est pas optimiste, il va faire de plus en plus froid, geler à -56°C en Ecosse, neiger abondamment sur le Maroc et l'humanité toute entière risque bien de devoir rester confinée là où il fait chaud et où il y a à encore quelque chose à manger.

Pour Dylan, ça devait être une pause. Il n'a pas d'autre intention que semer au vent les cendres de sa mère et de sa grand-mère quand il débarque aux pieds des montagnes de Clachan Fells dans un camping où il rencontre Constance, restauratrice de meubles, survivaliste, et Cael-Stella, sa "fille", née garçon qui n'a comme obsession que son hermaphrodisme...

Loin d'un roman pré-apocalyptique (bien que le décor, les conditions s'y prêtent), cet extraordinaire bouquin plonge dans la psyché d'un trio prêt à vaciller, parle d'amour et d'espoir, de tolérance et se singularise par une narration quasi lyrique qui donne à l'ensemble toute sa force et sa poésie. Ce sont les liens humains qui importent ici et la dystopie donne un peu plus de perspective à l'intrigue. La nature est féroce mais Jenni Fagan instille de la magie dans cette catastrophe environnementale, enveloppe le lecteur dans un cocon de neige féérique.

On voudrait être là, avec eux, sur le toit de la caravane, à regarder les aurores boréales, s'enthousiasmer de la beauté d'un monde qui se dérègle, garder toute cette chaleur humaine et toute cette belle lumière que diffusent les 300 pages qui se déroulent comme un rêve.

Enorme coup de cœur ! Je risque d'avoir longtemps en tête ces personnages singuliers ! 

Merci aux Editions Métailié et à Babelio pour cette lecture incroyable !


3 commentaires:

  1. Énorme coup de cœur pour toi? Il me le faut, celui-là. Noté chez Electra, tu ne fais qu'enfoncer le clou!

    RépondreSupprimer
  2. Dans ma pal celui-là. Tout monde semble l'avoir adoré, je vais y aller en confiance !

    RépondreSupprimer
  3. il est dans ma wishlist, j'en entends beaucoup de bien et il m'intrigue!

    RépondreSupprimer