3 septembre 2017

Sangliers - Aurélien DELSAUX

 Editions Albin Michel
Parution : 23 août 2017
560 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Les Feuges : hameau d’un village français entre le Rhône et les Alpes, où la vie en pavillon est moins chère qu’ailleurs, où seuls la chasse aux sangliers et le dernier bistrot fédèrent encore, où personne n’écoute plus les vieilles histoires des vieux. Où, entre la violence des hommes et la beauté qui les entoure, des enfants grandissent.

De ce coin de terre à la croisée des mondes paysan et péri-urbain, des déclassés des laissés-pour-compte et des néo-ruraux, Sangliers est l’épopée puissante, âpre et lyrique, sombre et violente, tragique et universelle. 

 Aurélien Delsaux a publié en 2014 son premier roman Madame Diogène, bien accueilli par la critique et finaliste de nombreux prix dont le Prix du premier roman et le Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco. Il est également comédien et metteur en scène au sein de la compagnie L'Arbre

Ce que j'en ai pensé :

Voila l'un des romans qui me faisait très envie pour cette rentrée littéraire chez Albin Michel.
Je me réjouissais, supposant que j'allais y trouver ce que j'aime dans la littérature française contemporaine : pas d'autofiction, un peu de ruralité et de drame, un regard sociétal...et comme l'auteur s'était fait remarquer pour Madame Diogène, son premier roman, cet opus me semblait incontournable...

Sauf que..

C'est quand même un sacré bordel, un indescriptible bordel !
Parce que le lecteur, qui comprend vite que c'est Matthias le nœud de l'intrigue (le premier enfant de La Grosse avant qu'elle ne rencontre Germain la brute, qui, pas de bol, est bien noir de peau et adore lire, apprendre par cœur les vers du Cid - la tare absolue dans la campagne lyonnaise !), se perd un peu dans ces histoires enchevêtrées (parfois au cœur d'un même chapitre).

Ça parle -évidemment !- de chasse au sanglier, mais aussi de religion, de politique (montée du FN), de différence (noir/blanc, "crétin des Alpes"/amateur de poésie, etc..). 

Sans doute y avait-il une morale, une idée de génie à saisir, un regard étourdissant sur la France actuelle, mais on perd le tout dans le méli-mélo des portraits, parfois sans liens entre eux...et que finalement s'ajoute  à ça un style que je n'ai pas aimé (phrases construites à l'envers en mode ultra-vintage et parler populaire alternés, je n'ai pas compris l’intérêt !) .

Tant pis ! J'ai abandonné à la page 197 .

4 commentaires:

  1. Il me faisait très envie. Mais c'était avant de lire ton billet et un autre aussi mitigée. Dommage... Au suivant!

    RépondreSupprimer
  2. Je savais qu'il ferait envie à Marie, mais moi pas du tout et ton avis me confirme mon premier ressenti. Zut alors

    RépondreSupprimer
  3. Lequel a vraiment écrit la critique de Virginie musarde sur Babelio ou l'auteur de cette page ? Un peu de persévérance dans la lecture aurait permis de constater que Mathias n'est que l'un des habitants du hameau et pas le nœud de l'intrigue. Chacun des personnages a son importance et la vie dans un village n'est pas une intrigue mais une succession d'évènements, de rencontres...le vécu !Donner un avis aussi péremptoire en ayant lu seulement un peu plus du tiers du texte n'est pas de la plus haute honnêteté intellectuelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prenez le temps de venir lire ce que je pense de votre intervention, et de ce que signifie pour moi "honnêteté" intellectuelle -et pas seulement ! - voir le billet du 11/09 en réponse à vos propos.

      Supprimer