5 novembre 2017

Yaak Vallay, Montana - Smith HENDERSON

Editions 10/18
Parution : 7 septembre 2017
Titre original : Fourth of July Creek
Traduction : Nathalie Perrony
648 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

La première fois qu’il l’a vu, Pete a cru rêver. Des gosses paumés, il en croise constamment dans son job d’assistant social. Mais, tout de même, un enfant en pleine forêt, méfiant, en guenilles, l’air affamé… Pete s’accroche, laisse de la nourriture et finit par gagner la confiance du petit. Suffisamment pour découvrir que le garçon n’est pas seul. Il vit avec son père, Jeremiah, un fondamentaliste chrétien qui fuit la civilisation pour se préparer à l’Apocalypse. Petit à petit, entre Pete et Jeremiah s’installe une relation étrange, tous deux aux prises avec des démons qu’ils ne pourront plus faire taire très longtemps…

Né en 1974 dans le Montana (USA), Smith Henderson a grandi au sein d'une famille de cow-boys et de fermiers à Missoula, Montana. Après des études de lettres classiques, il devient éducateur spécialisé puis se dirige vers la publicité. Yaak Valley, Montana, son premier livre, a reçu le John Creasy (New Blood) Dagger Award et le Montana Book Award.



 Ce que j'en ai pensé :

Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le rêve américain, des dollars pleins les poches ! Même lorsque Reagan bat Jimmy Carter, à Tenmile, le pire est toujours certain ! Et ça n'est pas Pete, assistant social qui dira le contraire, d'autant que lui aussi en tient une bonne couche : il trimballe un frangin qui a cogné son contrôleur judiciaire, sa future-ex-femme se drogue et picole, et sa fille Rachel-Rose a pris la tangente pour finir pute !

Pas de quoi pavoiser ni donner des leçons à Cecil, violenté par sa propre mère, ni à Jeremiah Pearl qui survit en mode ermite avec son fils Ben (survivant d'une fratrie décimé).

Rien n'est simple dans cette Amérique des années 1980, ni survivre quand on n'a rien 'ni famille ni fric ni espoir) ni croire qu'on peut aider les autres, supposèment moins bien lotis, à survivre. C'est moche le rêve américain quand on est dans la mouise ! 

L'auteur livre un portrait sans concessions d'un pays qui laisse ses pauvres à la marge, et qui montre déjà les limites d'un système qui n'a eu de cesse, depuis lors, de péricliter et où, un mauvais trip de coke vaut toujours mieux qu'une remise en question assortie d'un bout de pain rassis, et où, il est presque mieux venu de parier sur la théorie du complot que de regarder ses propres échecs.

J'ajoute que pour un premier roman, l'auteur joue déjà dans la cour des grands ! A peine quelques longueurs (mais sur presque 650 pages, format poche, on ne va pas chipoter !) et tant de choses à dire ! 

Incroyable roman !

3 commentaires:

  1. J'y ai trouvé quelques longueurs, mais dans l'ensemble, Wow, quel roman! Un auteur que je compte suivre de très près...

    RépondreSupprimer
  2. On va attendre la prochaine parution ! Là, c'était qd même un premier roman très ambitieux !

    RépondreSupprimer
  3. Il m'attend depuis sa sortie en grand format, je ne sais pas quand je vais trouver le temps de m'y mettre !

    RépondreSupprimer