12 janvier 2018

Community - Estelle NOLLET

Editions Albin Michel
Parution : 3 janvier 2018
270 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Lorsque huit hommes et deux femmes s’installent sur la base scientifique de New Aberdeen, en plein océan austral, au milieu des otaries à fourrure, des albatros, des gorfous et des skuas, aucun d’entre eux ne s’attend à jouer les Robinson Crusoé du XXIè siècle. 
Mais dans cet écosystème coupé du monde, même les plus passionnés par l’observation des espèces rares dont l’îlot est le dernier repaire finiront par se concentrer sur leur propre survie. 
Qui résistera à l’aventure ? C’est tout l’enjeu de ce huis clos dramatique porté avec empathie par une écriture sans concession.


Ce que j'en ai pensé :

Êtes-vous prêts à passer un an au bout de nulle part avec une équipe de scientifiques ? A partager votre quotidien avec des otaries agressives, une colonie envahissante de rats, une collègue végétarienne, un mec lourdingue en manque de sexe et avec des liaisons externes bien plus qu'aléatoires ?

C'est le cas de Charles-Charlie Cookers, maori, cuistot, juste divorcé, qui remplace au pied levé un autre cuisinier et se joint à cette expédition peu ordinaire.

Si ce type n'était pas si philosophe, nul doute qu'il n'aurait pas résisté, comme tous les autres, quand il s'avère que le bateau de la "relève" ne viendra pas les chercher...

J'ai été captivée par ce roman, par cette aventure au milieu de nulle part, par les rapports de force ou d'amitié (mais aussi d'amour ?) s'instaurent comme un moyen de survivre. Pourtant, je n'ai pas toujours été emballée, ne pouvant m'empêcher de penser à "Soudain, seuls" d'Isabelle Autissier qui m'avait tant marquée. 

Mais j'ai aimé ce roman, j'ai aimé le ton du narrateur (le cuistot), sa manière d'appréhender cet exil forcé, ce qu'il parvient à distiller d'espoir et de renoncement, d'optimisme, et ce ton souvent teinté d'humour.

9 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant ! Bonne idée de lecture. Et comme je n'ai pas lu le livre de Isabelle Autissier, je devrais l'aimer : bien noté ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Le sujet me passionne. J'adore les huis clos, surtout au grand air!
    Mais j'ai comme envie d'aller d'abord du côté de "Soudain, seuls".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que le bouquin d'Isabelle Autissier était un immense coup de coeur pour moi, je n'ai pas hésité à lire celui-ci :o)

      Supprimer
  4. Pour une envie de dépaysement peut être !

    RépondreSupprimer
  5. Connaître le quotidien des équipes sur ces bases scientifiques, la faune et ce qui la menace, un environnement lointain à protéger, en comprendre l'absolue nécessité c'est aussi le but de cette aventure terriblement humaine qui ne verse jamais dans le manichéisme mais toujours dans l'émotion. De belles découvertes, sur l'âme humaine aussi face à l'imprévisible destin. Il faut embarquer sans hésiter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous en êtes l'auteur ? On sent que vous avez beaucoup d'attachement pour ce roman singulier, et je le comprends ! J'ai bien eu du mal à le lâcher !

      Supprimer