La mère morte - Blandine de CAUNES

Editions Stock - Collection la Bleue
Parution : 2 janvier 2020
220 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :


Une mère, âgée mais indépendante, se trompe de jour, de lieu de rendez-vous avec ses filles, achète des objets superflus et coûteux, oublie dans le coffre de sa voiture les fruits de mer bretons, et se lève la nuit, croyant partir pour une destination inconnue.

Cela pourrait être drôle, si ce n’était une maladie mentale due à l’âge, et surtout si cette femme si confuse n’était pas la romancière Benoîte Groult, la mère de l’auteure de ce livre d’une force rare. Benoîte Groult, luttant, jouant avec sa propre fin, mais refusant avec rage de céder à la fatalité et à la vieillesse, elle qui a été une militante de l’association « Pour le droit de mourir dans la dignité  ». Voici la femme intime, plus que la femme publique, ici telle qu’on ne la connaît pas, et qui écrivait : « Dans la vie, deux mondes se côtoient : celui des gens qui vont vivre et celui des gens qui vont mourir. Ils se croisent sans se voir. »
Benoîte s’éteint en juin 2016 à Hyères, à 96 ans. Écrivaine comblée, mère et grand-mère heureuse, femme de combats remportés. Mais ce que ce livre raconte, ce n’est pas juste le deuil hélas ! prévisible d’une mère admirée et aimée, mais un double deuil : voici le terrible sens du titre, La mère morte. « Maman, mon dernier rempart contre la mort. Bientôt, ce sera moi le rempart pour ma fille ».

Le 1
er avril 2016, la fille de Blandine de Caunes, Violette, 36 ans, meurt dans un banal accident de voiture, laissant orpheline sa fille Zélie. L’ordre du monde est renversé : Benoîte s’accroche à la vie, Blandine sombre, Violette n’est plus.

De Benoîte Groult, sa fille a hérité l’humour et la force vitale. Ce livre n’est pas triste, au contraire. C’est une réconciliation entre trois générations de femme qui partagent le « même amour forcené pour la vie, toujours plus forte que tout », le credo de Benoîte qu'elle a transmis à sa fille.

Ce que j'en ai pensé :

Ça aurait pu être triste, voire pathétique. Moins de trois mois s'écoulent pour l'auteur, entre la perte de Violette sa fille et de Benoîte Groult sa mère. Les deux personnes les plus chères à son monde. Deux raisons de ne plus entendre ni dire le mot "maman". 

Deux peines insondables, bouleversantes dont l'auteur tire un récit lumineux, doux et tendre, qui laisse la mort frôler son univers et la maintient pourtant à distance.

On s'interroge d'abord sur le lent déclin de Benoîte Groult, écrivain engagé, féministe, vive et si forte. Alzheimer et la décrépitude de la vieillesse, les chutes et les draps tachés, les oublis et les ellipses, les angoisses. 
Et au travers du deuil de cette mère si brillante, l'auteur prend de plein fouet la mort de sa fille, encore si jeune.

Pourtant, c'est un récit traversé d'amour, au travers de la douleur et des larmes (parfois des cris), un amour fusionnel qui ne s'épargne ni les conflits ni les déchirures, un amour comme un message d'espoir pour traverser les épreuves.

J'ai repensé au livre d'Emmanuelle Bernheim, et j'ai aimé la pudeur et la "joie" qui se dégageait de ce récit aussi. Un bel hommage que livre Blandine de Caunes.

9 commentaires:

  1. amusant enfin pas le bon terme mais j'ai lu un article sur ce livre hier - j'ignorais qu'elle avait également perdu sa fille. Le destin nous joue de sales tours... une lecture sans doute éprouvante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tant que ça ! Blandine de Caunes reste digne dans sa souffrance et il y a même de l'humour ! plutôt réussi ce récit, au vu du sujet !

      Supprimer
  2. C'est un peu plombant de démarrer l'année avec un tel sujet, non ?^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon 3ème cette année, et finalement pas du tout triste ce récit !!

      Supprimer
  3. Il faut choisir! Entre le roman de Sandrine Collette et celui-ci, mon choix est fait! Tu approuves?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah non ! faut pas choisir !! mais sinon, évidemment le Collette !! J'ai encore plein d'images dans la tête !

      Supprimer
  4. Bonjour Virginie, pas trop triste. Et puis malheureusement, 96 ans, c'est tout de même un bel âge. En revanche, perdre un enfant, c'est terrible. J'ai noté ce récit quand je serai d'humeur plus guillerette. Mais en tout cas, tu donnes envie. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou ;o) je ne l'ai pas trouvé triste ce bouquin, il y a réellement tellement d'amour, de respect et une bienveillante ironie, qu'il ne fiche pas le bourdon !
      Bonne fin d'après-midi à toi aussi !

      Supprimer
  5. Je serai éternellement redevable au grand Dr.Wealthy d'avoir réparé mon mariage brisé après que mon mari m'a quitté pour sa maîtresse pendant 6 mois. Je n'ai jamais cru aux sorts jusqu'à ce que mon ami me le présente. Au début, j'étais sceptique à son sujet parce que j'entendais beaucoup parler de faux lanceurs de sorts mais j'ai mis mes doutes derrière moi car j'étais désespéré de récupérer mon mari et je l'ai fait selon ce qu'il m'a demandé de faire. Maintenant, mon mari est de retour dans les 48 heures après l'avoir contacté. Je vis heureux avec mon mari après 6 mois de divorce et je ne me reposerai pas tant qu'il ne sera pas connu dans le monde entier. Il est également spécialisé dans les sorts d'argent, les sorts de loterie, les sorts de maladie E.T.C. Connectez-vous avec Doctor Wealthy maintenant, son e-mail est wealthylovespell@gmail.com ou WhatsApp au +2348105150446 et site Web: http://wealthyspellhome.over-blog.com

    RépondreSupprimer