3 février 2014

La baronne meurt à cinq heures - Frédéric LENORMAND

La nouvelle protectrice de Voltaire, la baronne de Fontaine-Martel, vieille rombière aigrie et avare, a été retrouvée assassinée dans son lit. Tuée d'un empoisonnement, d'un coup de couteau, d'un étranglement et d'un étouffement ! Dans cet ordre-là !
Voltaire, en pension chez la dame,sait que s'il ne veut pas finir sous les ponts, voire accusé du meurtre et embastillé, il a plutôt intérêt à trouver le coupable. D'autant qu'il veut faire donner son Euriphyle, tragédie que tout le monde imagine être un eczéma ou un bubon et qu'il rédige ses Lettres philosophiques !
Quand la route du parasite mondain croise celle d'Emilie du Châtelet, enceinte jusqu'au cou, il découvre une alliée dans sa quête de la vérité, une enquêtrice maline et infatigable, une amie brillante et versée en sciences alors que lui manque singulièrement de courage et d'héroïsme... Le duo inséparable va affronter des héritières sournoises et prêtes à tout, aidé d'un abbé pataud et démêler enfin les fils du mystère. On croise des jansénistes amateurs de fessée, le beau monde des salons parisiens, Rameau ou encore les fous de l’hôpital.


Délicieux Voltaire détective ! On s'amuse de ses traits esprit, de sa complicité avec Emilie du Châtelet aussi intelligente et vive que lui, de son regard lucide sur une époque où les philosophes brocardent pouvoir et religion. C'est enlevé, gai, l'intrigue est plausible, le dénouement habilement mené. Un réel plaisir et l'envie de découvrir d'autres aventures policières menées par Voltaire et Emilie !

Pour la "petite histoire", Voltaire est réellement devenu l'amant de Mme du Châtelet en 1734 (il s'enfuiera même avec elle en Lorraine) juste après la naissance de son fils Victor-Esprit (ça ne s'invente pas) en 1733. Le roman colle parfaitement à la réalité historique !
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire