22 juin 2014

La dernière conquête du major Pettigrew - Helen SIMONSON

Ce qu'en dit l'éditeur :

À Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l'heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu'à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l'archétype même du gentleman anglais. 
Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n'est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. 
 Mais, le jour ou le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son coeur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d'origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. 
Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d'autant plus nombreux que leurs familles s'en mêlent…

 (la couv' originale que je trouve bien plus jolie que la version française)


Mon avis :

Quel délice ! un thé parfumé juste ce qu'il faut de tendresse et des scones moelleux, un feu de cheminée et une bibliothèque bien garnie..
J'ai passé quelques heures douces avec ce major, tout encombré de bonnes manières et cruellement tiraillé par une histoire d'héritage, se battant contre les préjugés tout en conservant un sens des convenances et du devoir comme on n'imagine plus en voir.
Si l'intrigue n'est pas continuellement rebondissante, la lecture ménage quelques surprises (parfois presque attendues, prévisibles) et les personnages attachants permettent de développer une analyse de la "bonne" société anglaise, figée dans ses traditions, fermée aux mélanges sociaux ou raciaux. Il n'est pas de bon ton quand on est un gentleman ayant servi dans l'armée britannique de tomber amoureux d'une pakistanaise, musulmane et épicière de surcroît, qui, bien qu'élevée de façon libérale en Angleterre, doit subir sa belle-famille traditionaliste.
Le rythme est apaisant, jamais trop longuet et les descriptions suffisamment courtes tout en étant très évocatrices. J'ai aimé la galerie de personnages, du major à sa voisine écolo, d'Abdul le radical à Roger le fils du major. Je crois qu'ils vont m'accompagner quelques jours encore...


Une lecture super chouette qui entre dans mon challenge "Juin, mois anglais".

5 commentaires:

  1. génial!! je ne comprends pas pourquoi je ne l'ai pas lu avant!

    RépondreSupprimer
  2. dans ma PAL, je pense le faire remonter d'un cran très vite ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en train de le lire (j'en suis au dernier tiers) ; j'ai eu un peu de mal avec les 200 premières pages - trop lentes à mon goût - et là, je suis en plein dedans :-)

    RépondreSupprimer
  4. Je le note...d'autant que ce major a un homonyme dans Harry Potter....

    RépondreSupprimer
  5. J'ai toujours été attirée par la couverture et l'histoire mais jamais osé sauté le pas ! je vais le faire à présent :-)

    RépondreSupprimer