29 juin 2014

L'épée - La légende des templiers (tome 1) - Paul CHRISTOPHER


Ce qu'en dit l'éditeur :
Suivant une longue carrière dans l’armée américaine, entre le Viêt-Nam, l’Irak et l’Afghanistan, Peter Holliday enseigne désormais l’Histoire à l’Académie Militaire de West Point. À la mort de son oncle, professeur d’université, il reçoit de celui-ci une épée médiévale, retrouvée après la guerre à Berchtesgaden, dans le fameux « nid d’aigle » d’Adolf Hitler. Il est encore loin de se douter combien ce cadeau est empoisonné. L’épée, forgée à Damas et ayant appartenu aux Templiers, recèle en effet bien des mystères et excite toutes les convoitises.
Après avoir échappé à une tentative d’assassinat, Peter n’a d’autre choix que d’enquêter sur les origines nébuleuses de l’objet et sur les raisons pour lesquelles son oncle lui a transmis ce curieux héritage. C’est le début d’une quête aux multiples dangers qui, avec à ses trousses une étrange confrérie secrète, va le mener en Allemagne, à Jérusalem, puis en France, à La Rochelle, siège de la flotte templière au XIIe siècle. Et, c’est dans une grotte des Açores qu’il trouvera la solution de cette incroyable énigme qui trouve son origine autour d’une mystérieuse rencontre lors des Croisades entre Saladin et les Templiers.
Des secrets ésotériques des nazis à l’armée secrète du Vatican en passant par l’Ordre du Temple Nouveau et l’histoire secrète des Croisades, Paul Christopher nous livre ici un roman riche en rebondissements, qui passionnera les amateurs d’énigmes et de thrillers historiques. Peter Holliday sera de retour dans les prochains romans de la série, La Croix, Le Trône et La Conspiration, à paraître au Cherche-Midi.


Mon avis :
Encore un bon polar ! On revient sur des énigmes templières, une épée cachée, un jeu de piste à travers l'Europe à la recherche d'un trésor perdu...
C'est un polar prenant, vif et ça j'adore ! Mais c'est bourré de clichés : les bords du lac Léman façon carte postale autrichienne, les français tellement au-dessus en gastronomie que le jambon-beurre vaut un 3* au Michelin, les français qui fument des Gitanes sans filtres (et dans les bureaux d'un musée nationale, l'auteur n'a pas entendu parler de la loi Evin ! ou alors si au Ministère de la Culture on a le droit de fumer au boulot, je signe des 2 mains), les portugais qui parlent presque "petit nègre" genre "moi gentil"...etc..
Mais c'est le seul défaut que j'ai trouvé à ce bouquin qui se lit d'une traite, est bien documenté (quoique la façon de distiller l'info soit parfois un peu lourde).
Trois autres volumes sont à paraître, ça risque quand même de me tenter !

1 commentaire: