25 juillet 2014

L'atelier des miracles - Valérie TONG CUONG

Ce qu'en dit l'éditeur :
Prof d’histoire-géo mariée à un politicien narcissique, Mariette est au bout du rouleau. Une provocation de trop et elle craque, envoyant valser un élève dans l’escalier. Mariette a franchi la ligne rouge.
Millie, jeune secrétaire intérimaire, vit dans une solitude monacale. Mais un soir, son immeuble brûle. Elle tourne le dos aux flammes se jette dans le vide. Déserteur de l’armée, Monsieur Mike a fait de la rue son foyer. Installé tranquillement sous un porche, il ne s’attendait pas à ce que, ce matin, le « farfadet » et sa bande le passent à tabac.
Au moment où Mariette, Millie et Mike heurtent le mur de leur existence, un homme providentiel surgit et leur tend la main – Jean, qui accueille dans son Atelier les âmes cassées, et dont on dit qu’il fait des miracles.
Mais peut-on vraiment se reconstruire sans affronter ses fantômes ? Avancer en se mentant et en mentant aux autres ? Ensemble, les locataires de l’Atelier vont devoir accepter leur part d’ombre, tandis que le mystérieux Jean tire les ficelles d’un jeu de plus en plus dangereux. 

Ce que j'en ai pensé :
Ce roman faisait partir depuis longtemps de ma LAL, je n'ai avais entendu que du bien.
Je ne l'ai pas terminé ! J'ai tenu vaille que vaille jusqu'au milieu environ, peiné sur certains chapitres. Non que ce soit une lecture complexe (c'est même plutôt agréable, facile) mais je me suis rapidement ennuyée. L'histoire est intéressante, les personnages sont attachants mais j'ai eu l'impression qu'il ne se passerait plus rien dès lors qu'ils avaient été pris en charge par l'Atelier, qu'il ne serait plus question que de reconstruction psychologique. Je n'ai pas trouvé de "sens" à cette histoire, ni décelé de message d'humanité ou d'optimisme. Pas assez de profondeur à mon goût et des "facilités" qui banalisent le roman.
Ça m'a semblé un peu convenu, un peu terne.... j'ai cru lire du Delacourt ou Gavalda et je n'en avais pas envie !

3 commentaires:

  1. Tout à fait ce que je craignais.

    RépondreSupprimer
  2. Rgo la la, ce livre a vampirisé la blogo...à croire que les bons sentiments ont bonne presse chez les blogueurs, j'étais sûre que c'était de cet ordre là cette lecture. Merci Virginie, tu as fait le boulot pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends que les romans "positifs" puissent plaire, mais là, honnêtement, je me suis très vite ennuyée.

    RépondreSupprimer